Gouvernement de Transition : le Rassemblement pour un format de 45 ministres

Selon des sources crédibles, les délégués de la Majorité Présidentielle et du Rassemblement sont attendus ce mercredi 11 janvier 2017 au Centre Interdiocésain, en vue du démarrage des travaux de mise en commun de leurs propositions en rapport avec l’« Arrangement particulier » devant sous-tendre l’Accord global et inclusif du 31 décembre 2017. Jusque-là, chacun des camps garde sa mouture secrète. Mais, au plus tard ce mardi 10 janvier, les documents des uns et des autres devraient être déposés auprès du bureau de la CENCO (Conférence Episcopale Nationale du Congo), chargé de la modération des échanges.
 En principe, chaque partie prenante devrait dévoiler ses suggestions au sujet du format du gouvernement et des portefeuilles ministériels convoités, du chronogramme précis des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales, des listes de personnes à gracier ou libérer dans le cadre des mesures de décrispation politique, de opérations de révision du fichier électoral, de la sécurisation des élections… bref de la gestion consensuelle de la Transition.
A en croire des « fuites » parvenues à nos confrères de Top Congo et Actualité.cd, le Rassemblement aurait déjà finalisé ses propositions et opté pour un format de 45 ministres. En sus du Premier ministre à présenter par l’UDPS – ce qui est déjà acquis au regard du quitus donné à Tshisekedi par ses pairs de cette méga plate-forme politique – celle-ci revendiquerait les portefeuilles de l’Intérieur, de la Justice, des Finances, de l’Economie, du Plan, des Transports et des Mines.
Si cela s’avérait fondé, il faudrait s’attendre à de tractations houleuses avec la Majorité Présidentielle, singulièrement en ce qui concerne l’Intérieur, la Justice et les Finances, qu’elle considère comme sa chasse gardée depuis la fin du Dialogue intercongolais, conclu en décembre 2002.
            En ce qui concerne la mise en place du Gouvernement de Transition, le Rassemblement tablerait sur la date du 15 janvier 2017. Quant à son investiture au niveau de l’Assemblée Nationale, on avance la date du 20 janvier 2017. En tous les cas, ce regroupement politique voudrait voir le nouveau gouvernement entrer en fonctions à la fin du mois de janvier au plus tard.
            Sa principale mission serait l’organisation des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales avant la fin de l’année 2017. Dans l’entendement des ténors du Rassemblement, leur combat politique porte essentiellement sur l’obtention de l’alternance politique au sommet de l’Etat, avec l’engagement ferme du Chef de l’Etat de ne pas se représenter pour un troisième mandat ni d’organiser un référendum pour la modification de la Constitution, mais vise aussi le renouvellement des animateurs de toutes les institutions du pays, dans la perspective de l’émergence d’un Etat de droit en République Démocratique du Congo. La mise en place d’un Conseil de Transition ayant pour animateur Etienne Tshisekedi et d’un gouvernement ayant pour Premier ministre un représentant du Rassemblement est considérée comme le gage de la bonne exécution de l’Accord global et inclusif du 31 décembre 2016.
Quatre critères pour le choix du Premier ministre
 A propos du choix du Premier ministre, on laisse entendre que le Rassemblement a défini quatre critères principaux, à savoir : 1) patriotisme, crédibilité, compétence, charisme;
2) connaissance profonde des dossiers de la République
3) expertise de gestion des affaires publiques ;
4) intégrité et probité morale sans faille.
            Concrètement, l’UDPS devrait tenir compte de ces critères pour la désignation de son candidat au poste, sous réserve de son agrément par ses partenaires.
                                    Kimp
loading...

9 commentaires sur “Gouvernement de Transition : le Rassemblement pour un format de 45 ministres

  1. Pingback: Gouvernement de Transition : le Rassemblement pour un format de 45 ministres: Actualité CONGO RDC – Congo 7sur7 – ACTUALITE CONGO RDC

  2. D’accord pour ces critères!!! Surtout la probité morale gage fondamental!!!! Un Premier Ministre incorruptible!!!!!! A élargir à son Directeur du Cabinet et ses conseils!!! La charte de bonne conduite est de mise à tous SVP!!!

  3. Jean-Hubert Mwilambwe

    - Edit

    Reply

    A prime abord les criteres du choix de 1er Ministre qu’etale le RASSOP excluent Felix Tshisekedi. C’est d’un.

    De deux, les Congolais s’enervent de constater que le gros des discussions a la CENCO ne concernenet plus la tenue dElections transparentes en 2017 et son chronogramme credible, mais plutot postes ministeriels.

    Les Congolais qui ne juraient que par la defenestration du roublard-sanguinaire du sommet de leur Pays le 19 Dec. apres 15 ans d’un bilan desastreux, se retrouvent dans la farine des opportunistes a la CENCO !

  4. pourquoi 45 postes mnisteriels alors qu’ils ont prouve que 30 ou meme 10 etaient deja largement representatifs. Il ne faudrait pas dissiper les energies, ni faire des postes ministeriels les gages de l’inclusivite ou representativite des regions ou regroupements politiques. Combien de ministeres compte le gouvernement du Japon ou Francais – gouvernements qui pourtant ne sont pas circonstanciels? Il ne faudrait pas qu’on n’oublie ou sacrifie les elections parce qu’on a trouve une solution consensuelle a la crise. En d’autres mots, si les politiciens se contentent de la gestion consensuelle de la periode pre-electorale au sacrifice de l’alternance, ils auront trahi le peuple et la democratie. C’est pour cela qu’il faut qu’il y ait des gens politiques ambitieux en dehors de ce pouvoir transitionel. Si inclusion veut dire caser tout le monde, meme ceux la dont le terrain ignore le poid politique, alors fini la democratie.

  5. MR LUMBI SERAIT BIEN PLACE POUR CE POSTE DE PREMIER MINISTRE CAR AYANT UNE BONNE CONNAISSANCE DES DOSSIERS ET DU PAYS DEPUIS L EPOQUE DE MOBUTU.
    SI L UDPS PRESIDE LE CONSEIL DE TRANSITION IL FAUDRAIT QUE LUMBI PRENNE LA DIRECTION LA PRIMATURE CAR C EST UN DUR PARMI LES DURS IL POURRAIT BIEN JOUER LES INTERMEDIAIRES ENTRE KABILA ET TSHISEKEDI
    FELIX EST TROP JEUNE POUR COMMENCER UNE CARRIERE POLITIQUE PAR LA PRIMATURE.
    IL N A PAS BEAUCOUP D EXPERIENCE DES DOSSIERS SURTOUT DU CONGO PROFOND
    C EST BIEN MON OPINION
    CEPENDANT ON NE PEUT PAS TOUT DONNER A L UDPS MALHEUREUSEMENT.

  6. a des moments nous congolais nous devons savoir nous passer des questions de nationalité et origine et nous focaliser sur le bonheur et le développement de notre pays. la RDC n’est pas seulement cette puissance minière connue dans le monde mais c’est aussi une grande puissance agricole capable de nourrir la moitie de toute la planète, son hydrographie et ses barrages hydroélectriques capable de fournir de Electricité a toute l’Afrique. je crois qu’il est temps pour nous de trouver ou des voter pour des gens capable de mettre en valeur tous ces atouts pour donner un avenir meilleur aux congolais.

  7. La préoccupation des congolais , c est que notre pays doit recouvrer sa dignité face à l humiliation internationale que nous subissons.un premier ministre patriotique et compétent.Ne cherchons pas à personnaliser.Si Félix peut travailler tant mieux.

    N y mettons pas d emotions et de jalousie.le Congo nous appartient restons congolais et aimons notre beau.c est ce que nous avons .

Ajouter un commentaire