Pour stimuler l’innovation et l’insertion professionnelle : L’AUF lance un appel d’offre soutien aux établissements De L’ESU

La Direction Afrique centrale et des Grands lacs de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) a lancé, depuis le 5 janvier dernier, un appel régional à candidatures à l’intention des établissements d’Enseignement supérieur de la région. A Kinshasa, l’annonce a été faite le week-end dernier au campus francophone numérique, en présence des ministres en charge de la jeunesse et de l’ESU.

D’après Elodie Bamowongo, responsable des formations au Campus numérique francophone de Kinshasa (CNFK), l’appel d’offre en cours vise notamment à apporter un soutien concret aux établissements d’Enseignement supérieur et universitaire (ESU) dans le cadre de l’offre de formation par la professionnalisation, l’innovation pédagogique et l’insertion professionnelle des jeunes diplômés.
Selon Elodie Bamowongo, ’’l’ambition portée par cet appel d’offres est grande, car elle permet aux établissements d’Enseignement supérieur de tisser un partenariat gagnant-gagnant, adapté aux besoins du pays avec les opérateurs techniques et financiers non académiques…’’.
Dans ce cadre, note la responsable des formations au CNFK, ’’l’AUF s’engage à faciliter ce partenariat public-privé… et ses équipes présentes à travers le monde apportent suivi et conseils pour la conception et la mise en place des projets, tout en offrant non seulement un appui technique et financier initial, mais aussi un accompagnement dans la recherche de nouveaux partenaires ».

LES CONGOLAIS EXHORTES A POSTULER
Cette initiative, fait remarquer Elodie Bamowongo, répond aux défis de l’heure auxquels les universités sont confrontées. Il s’agit, notamment, de l’amélioration de la qualité de l’Enseignement supérieur, du développement de l’employabilité et de l’insertion professionnelle des diplômés des établissements membres, et du positionnement des universités francophones comme moteur du développement global des sociétés.
La responsable des formations au campus numérique de Kinshasa a, dès lors, exhorté les chefs d’établissements de l’ESU et les responsables des entreprises privées et publiques de la RDC, non seulement à postuler à l’appel d’offres, mais aussi à saisir l’opportunité offerte pour se rapprocher en créant des plateformes technologiques universités – entreprises.

LES ENCOURAGEMENTS DES MINISTRES

Abondant dans le même sens lors de cette cérémonie du 10 février, le ministre de l’ESU, Steve Mbikayi, a convié les chefs d’établissements publics et privés à répondre massivement à l’appel de l’AUF en formulant des projets porteurs qui répondent aux besoins réels du marché de l’emploi, tout en intégrant le renforcement de la formation.
Pour sa part, la ministre de la Jeunesse et Education à la Nouvelle citoyenneté, Mme Maguy Kiala, a souhaité plein succès aux destinateurs de cet appel d’offre, en l’occurrence les enseignants et chercheurs d’établissements universitaires. Elle a, par ailleurs, promis le soutien institutionnel de son ministère aux animateurs de l’AUF qui accorde une place particulière à la formation des jeunes et à leur intégration dans les milieux professionnels.


Yves KALIKAT

Ajouter un commentaire