Alors que Maman Sambo Sidikou consulte. Gouvernement Tshibala : couac et suspense !

Des listes se multiplient à l’infini. Plusieurs d’entre elles,  sont venues de la Société civile. D’autres, en nombre considérable, sont venues de l’Opposition signataire et non signataire. Puis, les dernières, plus ou moins  ordonnées,  sont celles de la Majorité qui, dans sa conformité aux bornes tracées d’en haut, ne pose aucun  problème. Mais, que peut faire Tshibala de tous ces noms  des personnalités à caser, alors que la taille du gouvernement est, cependant, limitée ? Qui prendre,  qui laisser ? Voilà. C’est tout un  dilemme. Et,  sur un autre registre, Maman Sambo Sidikou consulte, pour arrondir les angles, à la recherche d’une certaine inclusivité. Comment officialiser la composition de ce nouveau  gouvernement avant que ce dernier  n’ait fini sa ‘’propre’’  mission de bons offices ? D’où, le couac qui fait, naturellement, perdurer le suspense.

Enigme

Bruno Tshibala Nzenzhe – Maman Sambo Sidikou : deux hommes, deux démarches. Bruno Tshibala, nommé Premier Ministre, le 7 avril dernier, a été chargé par le Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, de constituer son équipe gouvernementale  en vue de se mettre au travail.

Au terme de cette Ordonnance, il a été chargé notamment, de se conformer à l’Accord de la Saint Sylvestre dont il devrait, semble-t-il, s’occuper de sa mise en œuvre intégrale. Chose qu’une partie de l’Opposition, du moins, du côté de Limete, conteste vigoureusement, tout en criant à l’imbroglio. Maman Sambo Sidikou, en vertu de la résolution 2348 du Conseil de Sécurité de l’Onu, veut, au nom de la Monusco, aider les parties prenantes aux discussions directes, à finaliser le reste des points de divergences dans la perspective de la signature de l’Arrangement Particulier.

Que va-t-il donc se passer ?

Toute la question est là. Les deux démarches, loin de se télescoper devront, néanmoins, se neutraliser.    Si Kabila fonce avec Tshibala jusqu’aux élections, il aura pris sur lui la responsabilité de se mettre sur le dos, la communauté internationale, une frange importante de l’Opposition congolaise, telle qu’elle est, actuellement, constellée autour de Félix et Lumbi, l’Eglise catholique dont les efforts seront presque voués à l’échec. Il aura eu, par contre, le mérite de rester dans la logique jusqu’auboutiste  de son discours du 5 avril dernier, lorsqu’il tirait la conclusion du titillement des discussions directes, en misant sur un nouvel oiseau désigné, par lui, comme Premier Ministre dans les rangs du Rassemblement. A  contrario, s’il donne feu vert à Maman Sambo Sidikou, comme cela fut le cas avec les Evêques, ses bons offices déboucheront, tôt ou tard, sur la signature de l’Arrangement sur des questions en suspens. Ce qui suppose qu’en définitive, une fois l’Arrangement Particulier accepté et  signé par toutes les parties, il va falloir qu’on revienne à la case initiale. Et, dans ce cas-là, si les  compteurs venaient à être  remis à zéro, le sort de Tshibala sera, sans détours,  revu autrement. Le tout dépend de l’option à laquelle le Chef de l’Etat, Garant de la nation et du bon fonctionnement des institutions, devra lever. A ce jour, rien n’est encore fixé d’avance. Le tête-à-tête annoncé pour bientôt, avec le Chef de la Monusco paraît  déterminant, pour la suite des événements en RD. Congo.

LPM

Ajouter un commentaire