M. SIDIKOU à propos de B. TSHIBALA : « La dernière fois, j’ai dit que le président a nommé un premier ministre, j’ai pris acte. Prendre acte signifie constater ».

Après sa rencontre mercredi 19 avril avec le président de l’Assemblée nationale et Secrétaire général de la Majorité présidentielle, Maman SIDIKOU a précisé que les échanges qu’il souhaite voir se tenir entre tous les acteurs politiques congolais doivent se pencher sur la primature, le Conseil national de suivi de l’Accord ainsi que la question de la décrispation.
A la question de savoir comment remettre sur le tapis la primature alors que le premier ministre a déjà été nommé, le diplomate nigérien affirme qu’il a constaté cette nomination.
 « La dernière fois, j’ai dit que le président a nommé un premier ministre, j’ai pris acte. Prendre acte signifie constater », a dit le diplomatique onusien.
Le chef de la Monusco insiste sur le fait qu’il n’a fait que constater. Il veut dire que prendre acte ne signifie pas apporter un soutien quelconque au Premier ministre Bruno Tshibala.
Par ailleurs, Maman SIDIKOU a cherché à calmer la tempête après sa dernière prise de parole à l’issue de sa rencontre avec Bruno TSHIBALA. Il précise qu’une mission de bons offices n’est pas une médiation.
S’agissant des échanges politiques envisagés, « trois sujets sont déjà retenus », explique une source interne à la MONUSCO: Primature, présidence du CNSA et décrispation politique.
« On s’achemine vers un troisième dialogue ou un échange en format réduit pour finaliser le compromis de la CENCO», a assuré un cacique du pouvoir au fait de la forte pression diplomatique sur le régime.
Si Kabila peut lâcher du lest sur le CNSA, il devient improbable de le voir revenir sur le choix du premier ministre. De même sur les mesures de décrispation politique, beaucoup d’analystes jugent  hypothétique que Moïse Katumbi, candidat déclaré à la présidentielle, puisse en bénéficier.
Kabila demeure ferme sur ce dossier.
Il n’y a que de fortes pressions internes et externes qui peuvent infléchir sa position, selon nombre d’observateurs.
En conclusion,  Maman SIDIKOU a dit que la finalité de ses bons offices, c’est de permettre aux rd-congolais de se parler.
Depuis plus d’une année, la communauté internationale se déploie pour obtenir la tenue apaisée et crédible des élections.
Alphonse Muderhwa

9 commentaires sur “M. SIDIKOU à propos de B. TSHIBALA : « La dernière fois, j’ai dit que le président a nommé un premier ministre, j’ai pris acte. Prendre acte signifie constater ».

  1. L’homme noir écoute !!!
    Le Vrai Rassop montre pas absurde que la Kabilie n’a jamais voulu négocier mais souhaitait des ralliements pour continuer les Djalelos.
    Cela prouve une fois de plus qu’ils avaient sciemment violé la constitution et son Esprit pour s’éterniser au pouvoir… le pire… sans le moindre résultat! Le discours-projet de Kabila devant le congrès en fin mandat en est la preuve la plus éloquente.
    Un aveu d’impuissance qui, hélas, n’a pas poussé les « loosers » à tirer les leçons et conséquences.
    Les congolais et la communauté internationale doivent aider Kabila à comprendre qu’il est hasardeux de commencer une carrière de dictateur au 21e siècle. La fin ne peut être que tragique.
    Qu’on intègre dans la négociation le versant de garanti pour Kabila et sa famille. Qu’on leur garantisse la sécurité, l’immunité et la conservation d’une partie de leur fortune (je sais que les gens vont raller mais c’est le prix à payer). Aussi ceux qui ont des intérêts cachés qui dépendent de Kabila négocient la garantie de leur fortune tout en acceptant de remettre la RDC dans ses droits et s’intégrer totalement dans son développement et renoncer définitivement à la mafia. Même choses pour les officiers de l’armée et aux cadres des services du renseignement.
    Que le Rwanda, l’Ouganda et l’Angola soient aussi associés à ces négociations car ils perçoivent des millions de la RDC grâce à la Kabilie et ils ne sont pas prêts à renoncer à leur proie.
    Il est de l’intérêt de tous d’œuvrer dans ce sens. Pour l’Afrique, une dictature de longue durée en RDC cloue au pilotis le développement de toute l’Afrique. Les conséquences du sous-développement de l’Afrique dans la crise écologique qui s’annonce aura un impact mondial dont nul ne peut prévoir l’ampleur.
    Une chose est sûre. La crise d’eau qui s’annonce dans l’avenir proche sera accompagnée d’un déplacement massif des populations africaines du nord et du sud vers le centre et de l’Est vers l’ouest. C’est-à-dire le bassin du Congo.
    Un tel phénomène avec la RDC faible comme aujourd’hui augure un avenir sombre pour la race noire. Quelques années plus tard la forêt équatoriale laissera la place au désert avec deux conséquences : 1) Les africains disparus ne revendiqueront plus leur pseudo souveraineté sur leurs matières premières et 2) le deuxième poumon du monde après Amazonie aura disparu.
    Les européens, américains et asiatiques resteront en vie certes mais porteront le masque à gaz pour l’éternité !
    Celui qui a des oreilles d’entendre… ?

  2. Kabila demeure ferme! Kabila refuse de lâcher du lest! il devient improbable de le voir revenir sur le choix du premier ministre. . . . ! Vous parlez de Dieu le père qui régit le temps et l’univers ou d’un président illégitime qui s’accroche au pouvoir pour sa survie? Arrêtez de lui donner des pouvoirs qu’il n’a pas, C’est au Congolais que revient le dernier mot.

  3. IL N’ EST PAS DIEU CE KABICHIEN 🐩. LES CHARNIERS CONTINUENT DE SE DECOUVRIRE ⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰⚰…

  4. le peuple congolais est fatigué des verbes il demande tout simplement le respect des engagements entre ces politicars incompetents et nuls seule l application de l arrangement du 31 decembre nous interresse le reste c est de parole en l air nous voulons les elections pour bouter dehors ces malades sans metiers merci

  5. Pris « main dans le sac », Sidikou Maman retropedale; et il le sait bien. (Nous sommes trop polis pour dire qu’il ment…!)

    Allant de Sidikou qui nie avoir soutenu Bruno Tshibala alors que ses declarations anterieures apres sa rencontre avec Tshibala n’invitent aucun doute, a l’opportuniste Olengankoy qui nie qu’il aimerait marginaliser les Elections et prolonger la Transition (et donc jouissance) sous son copain Tshibala, a Felix Tshilombo qui nie avoir fui Kinshasa alors qu’il etait deja dans l’avion a l’aube des recentes manifestations qu’il pilotait, les Africains sont tous pareils.

  6. MONUSCO, UA,SADC sont tous des farceurs. Aucune de ces organisations n’a jamais condamne’ les tueries, arrestations arbritraire des opposants en RDC.
    QUEL BONS OFFICES VONT-ILS NOUS AMENER ???? C’EST DU THEATRE.
    C’EST CE QUE kabila AVAIT FAIT, IL BLOQUE LA CENCO ET SE MET LUI MEME EN CHARGE.

  7. Commentaire seule les armes fairons partire kabila car ses charniers que mon precedent nous montres s’ existe alors vous les vous arreter le promonteur apres son regne ? il preferera mourir au pouvoir et non tuer ou emprisonner . d’ou il faut le chacher du pouvoir par la force .

Ajouter un commentaire