Kananga: Une femme d’une cinquantaine révolue violée par des hommes armés

Cet autre forfait a eu lieu dans la nuit du mardi 16 au mercredi 17 mai au village Shatshikumba situé à 2 km de la ville de Kananga chef lieu du Kasaï Central où plusieurs hommes non identifiés armés ont violé une femme de plus de 50 ans qui dormait dans sa maison.
Contactée par 7sur7.cd, Nathalie Kambala membre d’une structure locale de défense des femmes a affirmé que ce  cas s’ajoute à 83 autres cas des violences déjà enregistrés depuis l’avènement de ce conflit coutumier au Kasaï.
Raison pour laquelle, elle invite les autorités à s’impliquer pour mettre fin à cette tragédie soulevée contre les femmes.
A signaler que la victime est affectée dans un centre hospitalier pour suivre les soins.
Il y’a 48 heures, deux jeunes filles avaient également été violées au quartier Kamulumba toujours à Kananga.
Sylvain Mukendi/Correspondant
loading...

3 commentaires sur “Kananga: Une femme d’une cinquantaine révolue violée par des hommes armés

  1. Il n’a que ces prisonniers sommés de quitter la prison sous peine d’être assassinés qui vont être instrumentalisés pour obtenir le référendum sinon un état d’urgence à Kin et dans le reste du pays et maintenir JOKA au pouvoir comme s’il est immortel. Quand le pouvoir enivre, il faut savoir mettre un peu d’eau dans son vin surtout quand le défi à lever doit courir après la montre.

  2. voila les kabilistes entraun de jouer leur jeux le pouvoir est arrive a sa fin maintenant il est entrain de defouler leur colere sur les gens du kasai a cause de la haine de TSHITSHI IL FAIT SEMBLANT DE NOMMER SES TROUBADOURES DES KASAIENS IL LES A AVEUGLER POUR LES ELIMINER A PETIT FEU MES CHERS COMPRATRIOTES CELUI QUI TROUVE UN EVADEE DE MAKALA AMENER LE DANS UNE AMBASSADE LA POPULATION N EST PAS GARDIEN DE KABILA ET ESE MUANA MPUTU

  3. MONSIEUR HONORÉ NGBANDA AVAIT RAISON.
    FACE À L’INDIFFÉRENCE ET À LA TORPEUR DES CONGOLAIS, LES RWANDAIS S’INSTALLENT DÉJÀ AU COEUR DE LA RÉPUBLIQUE COMMETTANT MEURTRES ET VIOLS.
    BIENTÔT CE FLÉAU ATTEINDRA TOUS LES COINS ET RECOINS DU TERRITOIRE NATIONAL.

Ajouter un commentaire