A 94 ans, le patriarche tire un trait sur 40 ans d’amour : Gizenga divorce de sa femme

Favorisé et consolidé par un séjour médical en Europe dans les années 1970 durant lequel l’infirmière Anne Mbuba est restée au plus près du chef historique du PALU et ne l’a plus quitté pendant environ quatre décennies, le couple Gizenga s’est finalement séparé. Fin décembre 2015, la rupture a été négociée et confirmée en toute discrétion à l’issue d’un conseil de famille… Anne Mbuba est restée seule dans la résidence de Buma, dans la banlieue Est de Kinshasa tandis que son ex a posé ses valises dans la villa 25C, quartier Mont Fleuri sur les hauteurs de Binza.

 

Antoine Gizenga a échangé les vœux de nouvel an 2016 tour à tour avec les cadres et les députés élus du PALU le 31 décembre 2015 puis avec des élèves de quelques écoles de Kinshasa triés sur le volet le4 janvier. Les deux cérémonies ont eu pour cadre la Villa 25C du Quartier Mont Fleuri, sur les hauteurs de Binza, où l’ancien Premier ministre a passé son premier Noël loin de son palais de Buma, dans la banlieue Est de la capitale RD-congolaise. Une manière subtile pour le protocole a souhaité présenter la nouvelle résidence du leader historique du PALU, là où il a choisi de passer le reste de sa vie, seul, sans sa compagne Anne Mbuba, absente de ces deux réceptions. On apprend que le patriarche a divorcé d’avec sa femme et tiré un trait sur environ 40 ans d’amour. A 94 ans, il a ouvert un nouveau chapitre de son existence.

 

De source non officielle, la séparation du couple était dans l’air depuis le changement intervenu à la tête du Secrétariat permanent du parti en faveur de Lugi Gizenga, fils du premier lit d’Antoine Gizenga, au détriment de Robert Makina, un proche de son épouse réputée très influente dans la prise des décisions touchant à la vie du parti. Ce qui expliquerait que pendant le récent séjour médical de Gizenga à Bruxelles, la dame de fer n’ait pas été dans sa suite. Si Anne Mbuba a feint de collaborer avec la nouvelle direction du PALU, elle a échoué de bloquer son fonctionnement après avoir tenté en vain de paralyser la remise-reprise. Les forces de l’ordre ont dû passer par là sans casse, révèle-t-on. Une source proche du siège du parti à Matete assure que, contrairement aux précédentes visites médicales où il s’est fait accompagner d’une nièce de Mbuba, Gizenga a cette fois-ci jeté son dévolue sur Dada, la fille de sa propre nièce. L’épouse a senti le danger au point de décider de rejoindre son mari dans la capitale belge. Mais la donne a changé : la compagne, l’amie et complice de 40 ans n’a pas reçu l’autorisation d’accéder à son homme. Elle a au moins eu l’information que Gizenga va fêter Noël à Kinshasa. Elle a logiquement levé l’option de l’y précéder. Coup de théâtre: à sa descente d’avion à Ndili, le vieux a pris une autre destination que Mashita a Kizungu -le gardien de la tradition en langue pende-, la résidence du couple à Buma. Il est allé installer ses pénates à Mont Fleuri. Aime Mbuba ne l’a plus revu depuis. On apprend que le conseil de famille s’est réuni les 28 et 29 décembre derniers. Elle a décidé de communiquer la terrible nouvelle à Aime Mbuba et sa famille: son divorce d’avec Antoine Gizenga. Débuté et consolidé à la faveur d’un séjour médical en Europe dans les années 1970 durant lequel l’infirmière Aune Mbuba est restée au plus près du chef historique du PALU et ne l’a plus quitté pendant environ quatre décennies, le couple Gizenga s’est finalement séparé.

 

On apprend aussi que le conseil a procédé à la répartition des biens immobiliers. Ainsi Aime Mbuba a hérité de la résidence de Buma, où Gizenga ne devra plus remettre ses pieds, tandis que ce dernier s’en est tiré avec là villa de Canas à Limete, deux propriétés à Kikwit et sa nouvelle habitation de Mont Fleuri. Le boss du PALU y a échangé les vœux de nouvel an 2016 le 31 décembre et le 4 janvier derniers, respectivement avec les cadres du parti et des élèves de quelques écoles de Kinshasa triés sur le volet. Subtile, le protocole a souhaité présenter la nouvelle résidence du leader historique du PALU, là où il a choisi de passer le reste de sa vie seul, sans sa compagne Anne Mbuba, absente de ces deux réceptions. On apprend que le patriarche a divorcé de sa femme. Il a tiré un trait sur environ 40 ans d’amour. A 94 ans, il a ouvert un nouveau chapitre de son existence. Alors qu’il a abandonné presque tous ses effets personnels dont ses chics costumes trois pièces, un couturier de renom est mobilisé pour lui en confectionner d’autres.

 

Par Achille KADIMA MULAMBA

75 commentaires sur “A 94 ans, le patriarche tire un trait sur 40 ans d’amour : Gizenga divorce de sa femme

  1. Un sujet peut être intéressant, mais quand il est mal écrit, pff… On le crache.
    Finalement on ne sait même pas s’agit d’une seule ou de plusieurs [ex] épouses avec tantôt dans le texte « Aime Mbuba », tantôt « Anne Mbuba », tantôt « Aune Mbuba ». Et je ne mentionne même pas les répétitions pléthorique.

    Soyez professionnels !!!

  2. Ah ahaaa!
    C’est ça la vie des hommes !
    Toujours instable, quelle que soit la personnalité.
    Seul Dieu est stable !!
    Croyez-moi.

    A 94 ans tout de même!!!!

  3. C’est normal quand il vend le pays avec la son alliance avec la MP. Vous attendez quoi de bon de ce vieux aux joues déformants. Il s’est allié à la MP pour mettre finalement le pays de cet Etat. Qu’il reprenne le pouvoir donner à Kabila Joseph svp. Je ne veux plus voir ni qu’on me parle de lui.

  4. C’est triste qu’un vieux couples de 40 ans se sépare à cause d’une histoire de la tête du parti le dialogue n’existe pas dans ce vieux couple? Comment peut-on s’attendre a un quelconque dialogue dans le parti? Je comprend les tribunes de A. Muzito!!!!

Ajouter un commentaire