Accouchement-Saignement excessif : un médicament pourrait sauver la vie de milliers de femmes (OMS)

l’Organisation mondiale de la Santé « OMS » à travers une étude réalisée en collaboration avec MSD for Mothers et Ferring Pharmaceuticals, une nouvelle formulation d’un médicament pour prévenir les saignements excessifs après l’accouchement, pourrait sauver la vie de milliers de femmes dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, de la tranche inférieure.

D’après un communiqué de presse rendu public ce jeudi 28 juin 2018, actuellement, l’OMS recommande l’ocytocine comme médicament de premier choix pour prévenir les saignements excessifs après l’accouchement.

Cependant, l’ocytocine doit être stockée et transportée entre 2 et 8 degrés Celsius, ce qui est difficile à faire dans de nombreux pays. Cela empêche de nombreuses femmes d’accéder à ce médicament salvateur.

L’étude publiée ce jeudi dans le New England Journal of Medicine, montre qu’un médicament de remplacement « la carbétocine thermostable », est aussi sûr et efficace que l’ocytocine pour prévenir l’hémorragie du post partum.

Cette nouvelle formulation de la carbétocine ne nécessite pas de réfrigération et conserve son efficacité pendant au moins 3 ans si elle est stockée à 30 degrés Celsius et à 75 % d’humidité relative.

L’essai clinique a porté sur près de 30.000 femmes ayant accouché par voie vaginale dans 10 pays notamment l’Afrique du Sud, Argentine, Égypte, Inde, Kenya, Nigéria, Ouganda, Royaume Uni, Singapour et Thaïlande.

Le directeur général de l’OMS s’est réjoui de cette avancée qui peut selon lui, révolutionner les choses.

« C’est une avancée très encourageante qui pourrait révolutionner notre capacité à maintenir en vie les mères et les nourrissons », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Parmi les étapes restantes figurent entre autres, l’examen réglementaire et l’approbation des autorités nationales.

Selon l’OMS, environ 70.000 femmes meurent chaque année d’une hémorragie du post partum, ce qui majore également le risque de voir leur enfant décéder dans le mois qui suit.

Jephté Kitsita