Assainissement de Kinshasa : Les entreprises de production et distribution des plastiques verseront 180.000$/ mois au gouvernement provincial (convention)

Le gouvernement provincial de Kinshasa vient de marquer un point dans la mobilisation des ressources afin de mieux exécuter les travaux d’assainissement de la ville.

Une convention portant modalité de collaboration dans la perception de la taxe d’assainissement et d’évacuation d’immondices ou ordures ménagères due par les producteurs et distributeurs des matières plastiques et dans la gestion des déchets plastiques a été signée jeudi 30 août 2018 entre l’exécutif provincial de Kinshasa et les entreprises membres de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) relevant de ce secteur.

Ces entreprises s’engagent entre autres à verser à la ville un montant estimé à près de 180.000$ comme taxe d’assainissement et espère voire ainsi la population palper du doigt le résultat attendu.

« Comme nous l’avons dit récemment monsieur le gouverneur, vous avez une part de responsabilité parce que ceci est fait au vu et au su de tout le monde. Si demain matin la population de Kinshasa voit qu’il y a encore des sachets et les bouteilles en plastiques dans les rivières, les gens vont se poser les questions parce que vous aurez reçu des moyens. Quand nous avons fait l’évaluation du secteur des plastiques uniquement nous étions entre 170 mille et 180 mille dollars à verser à la ville », explique l’administrateur délégué de la FEC.

La Fédération des Entreprises du Congo qui a déjà pris langue avec la régie d’assainissement de Kinshasa (RASKIN) entend étendre la collaboration avec les entreprises d’autres secteurs

Pour sa part, le gouverneur de la ville de Kinshasa a salué l’esprit d’ouverture et de collaboration de la FEC.

« Je tiens sincèrement à féliciter la FEC, à remercier tous les opérateurs économiques du secteur qui ont facilité la tâche à l’administrateur délégué qui représente la FEC. Je suis fier de la FEC qui vient de prouver réellement que la concertation est la voie la plus sûre dans toute négociation », affirme André Kimbuta Yango.

Au delà de cette participation de la FEC, le gouverneur de la ville invite les Kinois à s’impliquer dans l’assainissement et la salubrité de Kinshasa.

 » Nous arriverons définitivement à mettre fin à l’insalubrité si les Kinois eux-mêmes s’impliquent et optent pour une certaine discipline. Il ne faut pas croire que comme vous venez d’apprendre qu’il y aura curage des rivières, des caniveaux, qu’il faudrait jeter les bouteilles en plastique n’importe où, il faut que chaque bourgmestre vous apprenne l’attitude à adopter, où jeter les ordures », martèle l’autorité urbaine.

Pour rappel, à travers cette convention, le gouvernement provincial de Kinshasa s’engage à percevoir la taxe d’assainissement et d’enlèvement d’immondices, ordures ménagères auprès des producteurs et distributeurs des matières plastiques, d’exécuter les curages des ouvrages de drainage des rivières dans les milieux urbains et ruraux de la ville mais aussi accompagner la FEC dans la mise en œuvre des mécanismes de gestions intégrées des déchets plastiques via les projets proposés par elle en matière d’assainissement.

Élysée Odia