Guerre des successions chez les Mwe-Di Malila, seuls 4 enfants reconnus héritiers légitimes

Seuls 4 enfants sur 19 ! sont reconnus héritiers. Voilà la goutte de trop qui a fait déborder le vase familial. Les (Mwe-di) Malila sont une des familles les plus connues à Kinshasa, au Bas-Congo et au Cabinda. Dans les années 80, les Malila étaient fortement impliqués dans le foot avec l’AS Dragon Bilima. Il appert que la famille disposerait d’un empire foncier considérable. Il appert que le tout nouveau ministre Coopération internationale et intégration régionale, Franck Mwe di Malila serait membre de la famille.

Au Tribunal de Grande Instance de Kinshasa Gombe, une audience publique s’est tenue mercredi 4 février dans une affaire qui divise les héritiers de M. Edouard Mwe Di Malila, décédé le 7 juin 2014. Dans cette affaire, les demandeurs, soit 15 héritiers sont venus contre un jugement du Tribunal de céans ne reconnaissant que leurs 4 autres frères comme liquidateurs et héritiers exclusifs de la succession pendant qu’ils sont à 19, rapporte Le Maximum.
Le conseil des demandeurs a fait savoir que ses clients viennent contre un jugement obtenu de façon gracieuse. Ils désirent la suspension des effets de ce jugement parce que l’autre partie a raconté des mensonges pour l’obtenir. Pour la petite histoire, à la suite de la mort de leur père Edouard Mwi Di Malila, il y a eu une réunion de conseil de famille en date du 17 août 2014, au cours de laquelle 4 frères au sein de la famille ont été désignés liquidateurs à titre provisoire. Les 4 frères formaient donc un comité censé représenté tous les héritiers. La mission du comité était limitée dans le temps, juste six mois. La dissolution du dit comité devrait être effective le 17 décembre de la même année. Mais selon la relation des faits du conseil des demandeurs, pendant les six mois de sa prestation, le comité, le quatuor n’aura rendu aucun rapport aux autres cohéritiers comme pourtant convenu lors de la réunion familiale d’août 2014. Les demandeurs seront alors surpris par un jugement du Tribunal de céans qui reconnait leurs quatre frères comme liquidateurs et seuls héritiers sur base d’un Procès Verbal de conseil de famille établi le 22 septembre 2014. Le PV ne reprend que les noms et signatures de 4 frères contrairement à celui établi antérieurement consécutif à la réunion familiale qui a listé 19 personnes cohéritières. Naturellement les 15 exclus de l’héritage demandent au TGI d’ordonner, avant dire droit, la suspension de ce jugement sur base duquel les 4 autres frères perçoivent les loyers sur des immeubles laissés par leur père. Et le tribunal constate que c’est par fraude et mauvaise foi que le groupe de 4 a établi le PV de septembre 2014. D’ailleurs, ce Procès verbal relève du faux et usage de faux, a conclu le conseil des demandeurs. Réplique de la défense. L’un des avocats de 4 frères a sorti un acte d’appel, soutenant qu’elle n’a pas reçu les pièces de la partie demanderesse. L’appel étant suspensif le Tribunal a du surseoir cette affaire.