Jeudi sans change pour protester contre l’assassinat de l’un d’eux : les cambistes indifférents

La confédération de cambistes du Congo a décrété la journée du jeudi 14 juin 2018, une journée sans change, à travers toute l’étendue du territoire national.

Un mot d’ordre pas vraiment suivi par les cambistes. Ils sont restés presque indifférents car aucune place forte du Cambodge n’a observé la consigne, surtout dans la ville de Kinshasa.

Contacté par 7SUR7.CD, le président de la fédération des cambistes du Congo, a laissé entendre que cette grève avait pour objectif de rendre hommage à leur vice-président tué en mai dernier.

« Nous avons décrété cette journée sans change parce qu’on devait enterrer le vice-président de notre corporation qui a été assassiné le mois dernier. Vu que l’enterrement était prévu ce jeudi, alors il fallait observer une journée « sans cambistes dans le pays », a déclaré Donat Lengu.

Au sujet du mot d’ordre non suivi, le président de cette corporation souligne que le plus important était de lancer un message fort à toute la classe sociopolitique du pays.

« On voulait que les autorités, la population et voire les cambistes eux-mêmes, sachent qu’il y a eu un meurtre et qu’il fallait aussi prendre des mesures pour nous sécuriser, pour que nous ne soyons plus des victimes », a-t-il fait savoir.

D. Lengu a par ailleurs indiqué que dès demain, les activités de change à travers le pays, reprendront normalement.

« On ne peut pas paralyser la vie économique pendant longtemps », a-t-il conclu.

Pour rappel, le vice-président de la confédération des cambistes du Congo, Arthur Ilumbe avait été abattu le 24 mai dernier dans la Commune de Bandalungwa, à Kinshasa.

Jephté Kitsita