La Dynamique et le G7 constatent la haute trahison de Joseph Kabila

Les ténors de la Dynamique de l’opposition et ceux du G7 ont appelé, dans une déclaration commune, le peuple à appliquer l’article 64 de la constitution contre le régime Kabila qui veut s’éterniser au pouvoir. Pour eux, Il est clair que la haute trahison est constatée de la part de M. Kabila qui compte renverser le régime constitutionnel pour s’accrocher au pouvoir. Il n’y a plus de doute possible. Il n’y a plus de procès d’intention qu’en décidant de la convocation de son fameux
et en précisant les contours, M. Joseph Kabila s’érige en obstacle principal à la démocratie dans notre pays. ‘‘Il s’agit de la
forfaiture et d’une imposture qu’aucun congolais ne peut accepter’’, a indiqué Ingele Ifoto, le modérateur de la Dynamique. Les deux plateformes de l’opposition ont dénoncé le projet funeste du président Kabila de vider la constitution de toute sa substance afin de s’offrir une présidence à vie. D’où, la conclusion que le président sortant se
présente désormais en incarnation de la gouvernance par défi et lance la guerre contre le peuple congolais. Ainsi, les opposants se préparent à mener des grandes actions de grande envergure pour faire fléchir le régime. Ils rappellent qu’ils rejettent le dialogue, le referendum, le glissement, la violation ou le changement de la constitution. Ils préviennent que le peuple congolais attend avec impatience la prestation de serment le 20 décembre 2016 du nouveau président de la république qui sera élu au suffrage universel direct.

DECLARATION POLITIQUE CONJOINTE DU 30 NOVEMBRE 2015

PEUPLE CONGOLAIS LEVE-TOI ET MARCHE POUR SAUVER LA DEMOCRATIE ET LA CONSTITUTION

Chers compatriotes,
L’heure est grave ! Nous, membres du G7 et de la Dynamique de
l’Opposition, après avoir suivi le message du Président Kabila du 28
novembre courant, avons décidé de faire conjointement la déclaration
politique ci-après :
1. Il n’y a plus de doute possible. Il n’y a plus de procès
d’intention. En décidant de la convocation de son fameux dialogue et
en en précisant les contours, Monsieur Joseph Kabila s’érige en
obstacle principal à la démocratie dans notre pays.
Plus singulièrement, en invitant les délégués à son dialogue à
‘’réfléchir sur un nouveau système électoral avec des modalités de
vote moins coûteuses’’, Monsieur Kabila ne fait plus mystère de son
intention manifeste, planifiée et délibérée de renverser le régime
constitutionnel pour s’accrocher au pouvoir. C’est un véritable coup
d’Etat constitutionnel !
2. Puisqu’il s’agit là d’une forfaiture et d’une imposture qu’aucun
Congolais ne peut accepter, les membres du G7 et de la Dynamique de
l’Opposition appellent le peuple congolais à l’application de
l’article 64 de la Constitution qui nous assigne le devoir de faire
échec à tout Congolais ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par
la force ou qui l’exerce en violation de la Constitution.
3. En décidant de faire la sourde oreille aux sonnettes d’alarme des
déclarations, communiqués, messages, prises de position et conseils
avisés de la Dynamique de l’opposition, du G7, de la Conférence
Episcopale Nationale du Congo, de la Société civile, de la Diaspora
congolaise ainsi que des partenaires internationaux sur l’importance
du respect absolu de la Constitution de la République, comme gage de
paix et de stabilité, Monsieur Kabila démontre qu’il a toujours nourri
le projet funeste de vider la Constitution de toute sa substance afin
de s’offrir une présidence à vie.
Tous les éléments de la haute trahison sont désormais réunis.
4. Dans la semaine du 19 au 25 janvier de cette année, le sang du
peuple congolais a coulé. Pour faire entendre sa voix, le peuple n’a
pas hésité un seul instant à aller au sacrifice suprême afin
d’exprimer son refus de voir Monsieur Kabila se maintenir au pouvoir
au-delà du 19 décembre 2016 en violation de la Constitution. Le peuple
congolais réprouvait l’instauration d’une nouvelle dictature et
exprimait ainsi son attachement au respect strict de la Constitution
et à l’alternance démocratique qui en est l’expression la plus forte.

5. Après avoir supprimé en janvier 2011 le deuxième tour du scrutin
présidentiel, Monsieur Kabila a maintenant décidé de congédier
purement et simplement le souverain primaire en lui arrachant le
pouvoir de choisir son Président de la République au suffrage
universel direct. Ce faisant, Monsieur Kabila se présente en
incarnation de la gouvernance par défi dans laquelle il excelle. Pour
nous, membres de la Dynamique de l’Opposition et du G7, c’est de
l’irresponsabilité coupable et c’est une déclaration de guerre contre
le peuple congolais.
6. Parmi toutes les affirmations que contient le message de Monsieur
Kabila, deux contre-vérités majeures et intolérables se dégagent :
c’est refuser l’ordre républicain repris dans l’article 220 de la
Constitution et c’est vouloir opposer Démocratie et Développement.
7. A la sécurité, à la paix et à la liberté de tous les Congolais, au
respect de l’ordre institutionnel repris dans la Constitution adoptée
par plus de 85 % des Congolais et au respect des règles de bonne
gouvernance, Monsieur Kabila oppose l’insécurité généralisée, la
désacralisation des institutions par leur instrumentalisation, la
profanation répétée du budget de l’Etat, la corruption généralisée, la
confiscation des biens et atteintes à la propriété privée, la
dilapidation du patrimoine public, le dédoublement et la
déstabilisation des partis politiques de l’opposition, les menaces,
harcèlements et arrestations arbitraires des opposants et des
activistes de défense des droits de l’homme, la confiscation des
médias publics ainsi que la fermeture de ceux proches de l’opposition.
8. Devant cette situation, que nous reste-t-il encore ? Sinon, le
choix de nous lever et de marcher !
Voilà pourquoi nous disons :
        Non au dialogue
        Non à un gouvernement de transition
        Non à la violation ou au changement de la Constitution
        Non au référendum,
        Non au glissement,
        Oui au respect strict de la Constitution,
        Oui à la libération de tous les prisonniers d’opinion,
        Oui aux élections nationales dans les délais constitutionnels,
        Oui à l’alternance démocratique.

9. Dans tous les cas, le seul évènement historique que le peuple
congolais attend avec impatience demeure la prestation de serment le
20 décembre 2016 du nouveau Président de la République élu au suffrage
universel direct, à l’issue des élections nationales du 27 novembre
2016.
10. Nous, G7 et Dynamique de l’Opposition, lançons un vibrant appel à
la Nation. « Peuple Congolais lève toi et marche pour sauver la
Démocratie et la Constitution ».
11. Incessamment, un chronogramme d’actions de grande envergure sera
annoncé car la liberté s’arrache !
Que Dieu bénisse la République Démocratique du Congo et son vaillant peuple.

Fait à Kinshasa, le 30 novembre 2015

LES SIGNATAIRES

Pour le G7
Pour la Dynamique de l’Opposition
Charles MWANDO NSIMBA, UNADEF

INGELE IFOTO, DDC
Pierre LUMBI, MSR

Eve BAZAIBA, MLC
Olivier KAMITATU ETSU, ARC

Vital KAMERHE, UNC
José ENDUNDO BONONGE, PDC

Martin FAYULU, ECiDé
Gabriel KYUNGU WA KUMWANZA, UNAFEC

Delly SESANGA, ENVOL
Dany BANZA, ACO

Jean-Lucien BUSSA, CDER
Christophe LUTUNDULA, APD

Prof. KALELE ka-BILA, FNTC

Jean-Claude MVUEMBA, MPCR

Joseph OLENGHANKOY, FONUS

Albert Patrice PUELA, RECO

Gabriel MOKIA, MDCO
Gilbert KIAKWAMA KIA KIZIKI, CDC