Machine à voter, C. Nangaa persiste : « Elle nous permet de faire des économies, de faciliter le vote et de fiabiliser le processus électoral »

En séjour en Corée du Sud depuis quelques jours, le président de la Commission Électorale Nationale Indépendante était mardi 4 septembre devant la presse.

Au cours de cet échange, Corneille Nangaa a axé son intervention sur trois points notamment la présentation de la République Démocratique du Congo, de la CENI ainsi que l’état de lieux du processus électoral en cours en RDC.

Selon Corneille Nangaa, « la République Démocratique du Congo est l’un des plus grands pays africains. Plus ou moins 100 millions d’habitants et 40 millions d’électeurs, c’est une jeune démocratie qui organise cette année le 3e cycle électoral, depuis le processus de démocratisation du pays ».

Pour y parvenir, poursuit-il, il y a une institution selon la Constitution, qui est chargée d’organiser les élections, et c’est la Commission Électorale Nationale Indépendante.

« Elle est dirigée par une plénière composée de 13 membres dont je suis le président », a fait savoir Corneille Nangaa.

S’agissant du processus électoral, le président de la CENI a affirmé devant la presse, que la machine à voter a permis de faire des économies.

« La technologie sud-coréenne nous a convaincu parce qu’elle correspond plus ou moins aux réalités de notre pays. Cette technologie nous a permis de faire des économies, elle nous permet de faciliter le vote et nous permet bien entendu de fiabiliser le processus », a déclaré Corneille Nangaa.

Le patron de la Centrale électorale a signalé en outre que 60.000 machines à voter sont déjà en route pour la République Démocratique du Congo.

80.000 bureaux de vote seront ouverts le 23 décembre pour une moyenne de 600 électeurs par bureau et 105.000 machines à voter seront utilisées.

Jephté Kitsita