Meurtre des experts l’ONU : Les appels téléphoniques entre une autorité militaire, un interprète et Zaida Catalan au cœur du débat

Au cours de l’audience de ce lundi 19 novembre 2018 à Kananga, le ministère public s’est longuement penché sur les échanges téléphoniques entre le colonel Mambweni, les experts de l’ONU et Betu, l’interprète qui accompagnait Zaida Catalan et Michael Sharp lors de leur voyage vers Bunkonde.

C’est la déposition d’un nouveau renseignant, José Tshibuabua qui conduit les débats vers les conversations téléphoniques. Tshibuabua qui hébergeait des membres de famille Kamuina Nsapu en négociations avec les autorités, relate avoir entendu Betu répondre à un appel téléphonique avec la formule «Allo colonel» le 10 mars 2017.

Après l’appel, Betu aurait annoncé avoir été mis en contact avec deux blancs.

Le ministère public présente alors un relevé téléphonique qui révèle des échanges entre le colonel Mambweni, les experts et Betu les 10 et 11 mars 2017.

Le 10 mars par exemple, le colonel appelle Betu à 10h57. Une heure plus tard, l’interprète envoie un SMS à l’officier. Une minute après, Zaida Catalan appelle Betu.

Quelques secondes après cette conversation, Betu envoie un SMS au colonel Mambweni.

Le ministère public qui précise que ce genre d’échanges a continué le 11 mars, la veille du meurtre des experts, s’interroge alors sur ces conversations triangulaires.

Pour lui, ces échanges donnent l’impression que les experts cherchaient un guide pour voyager en dehors de Kananga. Et le colonel leur a donné Betu.

A la barre, le colonel Mambweni dément, expliquant qu’il s’agit d’une simple coïncidence. L’officier ajoute qu’il était en contact avec Betu pendant cette période au sujet d’un train intercepté par des miliciens à Kahulu gare. Le colonel affirme n’avoir pas présenté l’interprète aux experts.

La prochaine audience est prévue ce jeudi 22 novembre 2018 à Kananga.

Sylvain Mukendi