Mwe-di-Malila : symbole de l’expérience t de la rigueur

Fils de feu le patriarche Apenela, un homme d’affaires bien connu de la place de Kinshsasa sous les deux premières République, donateur et président sportif du FC Dragons de la belle époque de Saio Mokili, Mvukani, Mwila « Misasa » et autres Donat Mosambo, Franck Mwe-di-Malila est le nouveau vice-ministre chargé de la Coopération Internationale et de l’Intégration Régionale au sein du gouvernement Matata II. Le nouveau promu a été installé dans ses fonctions le samedi 13 décembre 2013 par son titulaire, le ministre des Affaires Etrangères Raymond Tshibanda. Il représente au sein de l’équipe gouvernementale a province du Bas-Congo, aux côtés de Mme Ngudianza Bayokisa (ministre du Commercer) et René Nsibu (Vice-ministre de la Défense Nationale).

Un CV bien fourni

A e, croire son entourage, Franck Mwe-di-Malila se réclame de la nouvelle génération des « Kengistes », ces jeunes technocrates formés à l’ombre de Léon Kengo wa Dondo, président du Sénat, ancien Procureur général de la République, ancien ambassadeur de l’ex-Zaïre en Belgique, trois fois ancien Premier Commissaire d’Etat (1982-1986 1988- 1990 et 1994-1997) ancien membre du Comité Central du MPR. A l’image de son mentor, il se veut le symbole de l’expérience, de la rigueur et du sérieux dans la gestion des affaires de l’Etat, Ayant longtemps évolué à l’ombre de Léon Kengo, le jeune Vice-ministre de la Coopération Internationale et de l’intégration régionale compte se mettre totalement au service de la Nation au sein du gouvernement de cohésion nationale, qui est émanation directe des Concertations nationales organisées en septembre-octobre 2013.
Un regard rétrospectif sur con Curriculum Vitae indique que Franck Mwe-di-Mailla est né à Kinshasa le 22 janvier 1968. Marié et père de trois enfants, il est originaire de la province du Bas-Congo, District du Bas-Fleuve, Territoire de Moanda. Il avait fait ses études primaires au Lycée Français de Kinshasa et à l’Ecole des Carrières en Soignies/Belgique. Ses humanités avaient eu pour cadre le Collège Saint Vincent de Soignies (Belgique). Il avait mené avec .. des études en communication d’entreprise, organisation et développement du personnel de 1987 à 1990 au CERIA de Bruxelles om il avait décoché le diplôme de Graduat. L’homme parle couramment le français, l’anglais, le lingala et le Kikongo.

Son cursus professionnel signale qu’il fut Administrateur Associé d’EXXON Kinshasa RDC de 1992 à 1994 ; Administrateur Gérant de « Zaïre Technical Service (ZTC) Kinshasa/RDC de 1994 à 1997 et Administrateur Associé de S000FI /Brazzaville/ Congo en 1998. Parallèlement à ses activités de manager d’entreprise, il prestait comme Conseiller privé du Directeur de cabinet du président de la République, de 1993 à 1997. A partir de 2007, il se retrouve dans le sillage du président du Sénat, Léon Kengo, en qualité de chargé de mission, fonctions qu’il va exercer jusqu’à son entrée au gouvernement. C’est tout naturellement qu’il était au cœur de la campagne présidentielle de Kengo wa Dondo en 2011. Rongé par le virus de la politique, ii va intégrer I’UFC (Union des Forces du Changement) comme membre fondateur. C’est dans ce cadre qu’il était retenu, entre septembre et octobre 2013, comme membre du Secrétariat Technique des Concertations nationales. Contrairement aux apparences, ce n’est donc pas un arriviste qui atterrit au ministère des Affaires Etrangères, pour piloter deux branches ultrasensibles : la Coopération Internationale et l’intégration régionale.
Kim