Nord-Kivu : L’ICCN décline son implication dans le viol et kidnapping de 5 femmes à Rusayo (Nyiragongo)

Dans sa sortie médiatique de ce mercredi 10 Octobre 2018, par le truchement de son porte-parole, l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature/Nord-Kivu « ICCN », condamne le viol et kidnapping de 5 femmes, actes qu’il qualifie d’ignobles.

Cependant, l’ICCN réfute toute implication des éco-gardes, dans l’enlèvement et viol de ces femmes le mercredi 19 septembre dernier, alors qu’elles étaient en quête des bois de chauffe dans le Rusayo, localité du territoire de Nyiragongo.

«Après une enquête interne, nous sommes à mesure de vous informer que nous n’avons pas encore déployé les gardes-parcs dans cette partie du parc national des Virunga. Nous contrôlons tous les mouvements de nos effectifs par un système géoréférentiel et nous avons des données qui retracent leur itinéraire. Le parc fait face à plusieurs groupes armés et quelques coins dont Rusayo et Mugunga ne sont pas encore assainis par l’ICCN», a fait savoir Joël Wengamulay, porte-parole de l’ICCN/Nord-Kivu.

Notons qu’après l’enquête menée en son sein, cette institution environnementale étatique a annoncé avoir déposé une plainte au parquet mais aussi déposé le résultat de l’enquête, pour faciliter cette instance judiciaire à faire son travail.

L’Institut Congolais pour la Conversation de la nature a, à l’occasion, appelé les Ongs qui militent pour la lutte contre les violences faites aux femmes, à apporter leur assistance aux femmes victimes et à les accompagner pour qu’elles recouvrent réparation et dignité.

Signalons que sur les 5 femmes violées par les hommes armés non autrement identifiés, 3 sont encore entre les mains de leurs bourreaux.

Valéry Mukosasenge