Polémique sur les journalistes candidats : « L’éthique n’est pas une norme écrite pour que le CSAC oblige les journalistes à quitter la profession », (UNPC)

Dans une communication de mise au point ce jeudi 13 septembre 2018, l’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC), s’est insurgée contre la décision du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC), qui a appelé les journalistes candidats aux législatives nationales et provinciales, à quitter la profession au plus tard le 19 septembre prochain.

Pour l’UNPC, le CSAC a pour mission de réguler les médias et non les journalistes.

« L’UNPC observe que dans la situation présente, les statuts qui la régissent y compris le code de déontologie du journaliste congolais, n’indiquent par aucune disposition l’obligation faite aux journalistes candidats de quitter la profession pour ce faire », souligne le syndicat des journalistes.

L’UNPC souligne en outre que le CSAC paraît confondre l’éthique et le code de déontologie qui ne sont pas, par ailleurs, synonymes en ceci que le code est corps de règles plus ou moins précises et que l’éthique n’est pas codifiée tout autant.

« Elle fait simplement appel à la conscience de chacun et tient aux valeurs et à des principes moraux », lit-on dans cette communication signée par Kasonga Tshilunde, président de l’UNPC.

L’Union Nationale de la Presse du Congo persiste et signe que l’éthique n’est pas une norme écrite pour que le CSAC s’en réfère pour contraindre les journalistes candidats à cesser d’appartenir à la profession alors qu’ils ne sont que candidats.

Pour rappel, plusieurs journalistes sont candidats aux élections générales de décembre prochain.
Il s’agit notamment de Mike Mukebayi, de Eliezer Thambwe (alias Mwana Kolo Lopango), de Chrystel Vuanga et de Pascal Owandje.

Avant eux, plusieurs autres personnalités de la presse s’étaient fait élire sans problèmes en 2006 comme en 2011. Il s’agit notamment de Basile Olongo (actuel vice-ministre de l’intérieur), de Patrick Muyaya (ex présentateur vedette du JT de Cebs) et de Clément Nzau (ex journaliste à Top Congo FM).

Pour rappel, le CSAC a déclaré qu’après la proclamation des listes électorales définitives par la CENI, les journalistes candidats ne devraient plus prester dans les organes de presse respectifs. C’est l’un ou l’autre.

Jephté Kitsita