RDC : 13 opposants, dont des candidats à la présidentielle, appellent à des manifestations publiques pour dire non à « la parodie d’élections »

Dans une déclaration mercredi 07 novembre à Kinshasa, 13 opposants parmi lesquels des candidats président de la République ( validés et invalidés ), ont réaffirmé leur « rejet de la machine à voter ainsi que du fichier électoral corrompu ».

« Nous appelons le peuple congolais d’user de tous les moyens de droit notamment de son droit de s’opposer par tous les moyens, par des manifestations publiques, à la parodie d’élections tendant à lui être imposer d’être dirigé par un président de la République, des sénateurs et des députés irrégulièrement élus et de faire échec au président de la République, au FCC, à la CENI et à tout individu ou groupe d’individus qui veut l’amener aux élections avec un fichier électoral corrompu, une machine à qui introduit un vote électronique interdit… », a déclaré Théodore Ngoy.

Cependant, ils invitent la CENI, « tout en écartant du processus électoral la machine à voter et à nettoyer le fichier corrompu, à constater la violation des dispositions de l’article 36 de la loi électorale, qui interdisent l’utilisation à des fins de propagande électorale des biens, des finances et du personnel de l’État…et d’appliquer la mesure idoine de radiation de la candidature du pouvoir sortant et l’annulation de la liste de tous les candidats du FCC ».

Pour terminer, Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi, Marie-Josée Ifoku, Noël Tshiani, Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Jean Mabaya, Adolphe Muzito, Freddy Matungulu, Seth Kikuni, Radjabho Tebabho, Sylvain Maurice Masheke et Théodore Ngoy invitent la Communauté Internacandidatde constater les atteintes délibérées au processus électoral et d’empêcher par toutes les voies de droit y compris par la force, Joseph Kabila, sa famille politique et la CENI de forcer les congolais à prendre part à une parodie d’élections qui aboutiraient à la désignation irrégulière de leur candidat, pour leur permettre de justifier par les urnes leur maintien au pouvoir au détriment du peuple congolais ».

Jeff Kaleb