RDC-Navigabilité des voies fluviales et lacustres : experts et armateurs en atelier pour la production d’un plan stratégique

Comment pérenniser la navigabilité des voies fluviales et lacustres en RDC qui possèdent un réseau hydrographique de plus de 15000 km des voies fluviales et lacustres, véritable épine dorsale des voies de communication pour son développement socio-économique?

À l’initiative du Projet d’appui à la navigabilité des voies fluviales et lacustre (PANAV), cette question est au centre d’un atelier de 3 jours, qui s’est ouvert le mercredi 7 novembre au centre Caritas les armateurs et qui réunit les professionnels et experts du secteur du transport par voie d’eau intérieure.

Experts et armateurs, doivent produire à l’issue de cet atelier un albums de navigation et un plan d’action stratégique pour la pérennisation de la navigabilité des voies fluviale et lacustres.

Au cours de cet atelier, les réalisations du Panav seront aussi présentées. Il s’agit notamment de l’état d’avancement des activités de la Régie des voies fluviales (RVF).
Au cours de cet atelier, les organisateurs vont aussi recueillir les difficultés rencontrées par les amateurs. Leurs attentes sont aussi attendues.

À titre de rappel, le gouvernement avait signé en décembre 2010, une convention de financement du Panav pour un montant de 60 millions d’euros dans le cadre du 10e Fed.

L’objectif global du Panav est de lutter contre la pauvreté d’une partie des populations congolaises en contribuant au rétablissement et à la préservation durable des infrastructures de transport pour garantir l’accès au marché et aux services sociaux et administratifs, nécessaires à la relance socio-économique et la réintégration du pays.

L’objectif spécifique du Panav est d’améliorer la navigabilité d’une partie des voies fluviales et lacustres de la RDC.
Les résultats finaux sont notamment :
1. Le rétablissement des aides à la navigation, comme le balisage et la mise à jour des albums de navigation ;
2. L’amélioration des conditions de chargement et de déchargement par la réhabilitation ou l’équipement des ports jugés prioritaires sur les voies navigables de 1er catégorie (fleuve Congo, rivière Kasai et lac Tanganyka).

J.K.