RDC-Transition citoyenne : La société civile demande à J. Kabila de quitter le pouvoir et annonce des actions de grandes envergures à partir du 19 septembre

La société civile via la plateforme Collectif d’Actions de la Société Civile « CASC », dans une déclaration faite ce mercredi 12 septembre 2018 à Kinshasa, a annoncé des actions de grandes envergures à partir du 19 septembre prochain pour exiger la transition citoyenne, d’une durée maximale de 6 mois, qui sera dirigée par un acteur de la société civile, afin d’amener le pays à des élections crédibles, apaisées et véritablement inclusives.

Selon ce collectif, le processus électoral à l’état actuel, piloté par la CENI qui n’a selon lui, d’indépendance que de nom, n’offre aucune garantie quant à l’aboutissement heureux de cette exigence démocratique.

3 éléments sont ainsi pointés du doit par ledit collectif entre autres:
1. L’utilisation de la machine à voter,

2. Le fichier électoral,

3. Le financement ainsi que les moyens logistiques.

Dans la foulée, le CASC appelle le chef de l’État à quitter le pouvoir.

« Conformément à cette position, le CASC recommande monsieur le président Joseph Kabila de se retirer du pouvoir, favorisant ainsi la libération du processus électoral et sa mise en bon chemin avec de nouveaux acteurs à la tête des institutions », indiquent les 25 mouvements et organisations membres du CSAC.

Le Collectif d’Actions de la Société Civile appelle en outre, la communauté internationale, à saisir l’ampleur de la crise qui pointe à l’horizon et dont les conséquences sont imprévisibles, au cas où ce processus chaotique aux issues incertaines, souligne le CASC, arrive à son terme.

Parmi les organisations et mouvements de la société civile membres du CASC figurent notamment ACAJ, AETA, ECCHA, VSV, LUCHA, Compte à Rebours, ou encore les Amis de Nelson Mandela.

L’idée d’une transition sans Kabila après avoir été abandonnée a été ressortie après les invalidations de certains leaders de l’opposition.

Pour rappel, les élections générales sont prévues le 23 décembre prochain.
À 3 mois des élections qualifiées d’historiques en ce qu’elles vont consacrer la première alternance pacifique du pouvoir, la tension politique monte en RDC.
C’est dans ce cadre qu’une réunion est prévue ce mercredi à Bruxelles entre les principaux leaders de l’opposition.

La communauté internationale n’est pas en reste. Elle pousse pour que des élections inclusives et crédibles se tiennent au plus tard cette année mais sans l’usage de la machine à voter.

Jephté Kitsita