Réaction du Prof André Mbata à l’ « Appel des universitaires congolais » pour soutenir le candidat Emmanuel Ramazani Shadary: Ridicule et scandaleux ! (tribune)

Plusieurs médias congolais ont reporté le week-end que les professeurs de différentes universités du pays ont déclaré le samedi 8 septembre 2018 leur soutien total à Emmanuel Ramazani Shadaryà la présidentielle du 23 décembre 2018.

C’était au cours d’une grande rencontre entre les « hommes de science » et le candidat du Front Commun pour le Congo (FCC) à Sultani Hôtel dans la Commune de la Gombe.

Professeur Elikia Mbokolo qui avait conduit ses collègues auprès de Ramazani Shadary le considérait comme « un candidat de rupture» et le voyait déjà président pour lui exposer (en quelle qualité ?) les problèmes majeurs de l’enseignement universitaire en RD Congo.

« Candidat de rupture » par rapport à quoi ? Il s’agissait certainement d’une amnésie ou d’une perte mémoire historique de la part du célèbre « conteur des mémoires d’un continent ».
Sans doute physiquement et intellectuellement fatigué, Elikia Mbokolo, professeur émérite et donc retraité des universités françaises oubliait qu’il s’adressait à un Shadary dont le slogan et le programme de gouvernement restait « Kabila Hier, Kabila Aujourd’hui et Kabila Toujours ».

Comme il se devait Emmanuel Shadary n’avait pas manqué de remercier les professeurs de leur indéfectible soutien tout en leur demandant de l’accompagner sans faille jusqu’à la victoire finale. La cérémonie était ponctuée par la lecture de l’Appel des universitaires congolais signé par les professeurs des universités en guise de soutien à Shadary.

Directeur exécutif de l’Institut pour la démocratie, la gouvernance, la paix et le développement en Afrique (IDGPA) qui avait initié la série des conférences des professeurs d’universités sur la « Responsabilité sociale des Universitaires dans une Nation en crise » qui se sont tenues dans le pays (Kinshasa, Bukavu, Kisangani et Lubumbashi) et dont la prochaine aura lieu en Liège en Belgique, Professeur André Mbata n’a pas tardé à réagir à cet Appel des universitaires qu’il a trouvé « Triste et scandaleux dans un pays où, heureusement, le ridicule ne tue pas. »

André Mbata qui a déjà menacé de renoncer au « pompeux » titre de « professeur des universités du Congo » a d’abord rappelé qu’ « un manifeste, une déclaration ou un appel des universitaires dignes de ce nom couronne généralement une activité scientifique: un colloque, une conférence, un atelier…» et que malheureusement, « on ne pouvait rien attendre des personnes qui ne sont pas habituées à un tel exercice même si elles trimballent ou exhibent quelques diplômes des universités ». 

Il a par la suite précisé l’objectif des conférences universitaires initiées par l’IDGPA dans le pays et au sein de la Diaspora congolaise à l’étranger : « nous situant dans le cadre de la rationalité scientifique comme producteurs des connaissances et  intellectuelle organiques de notre peuple – et non de la médiocratie –  notre objectif à nous  a toujours été de magnifier les valeurs qui seules élèvent une Nation. Il n’a jamais été et ne sera jamais celui d’aduler ou d’exprimer un ‘’désir’’ ou une ‘’passion éternelle’’ pour un homme ».
Aux dires du Professeur André Mbata, « nous assisté à une pièce théâtrale merveilleusement jouée par une coterie  des ‘’artisans de l’inanition de la Nation’’,  des ‘’thuriféraires’’, des ‘’tambourinaires du pouvoir’’ et des ‘‘guignols scientifiques’’ déguisés en ‘’universitaires’’ et conduits auprès du candidat du FCC à l’élection présidentielle par une poignée de ‘’ménopausés intellectuels’’ que l’université occidentale avait déjà condamnés à  la retraite au motif que l’on ne pouvait plus rien tirer d’eux  scientifiquement, mais qui ont été curieusement ‘‘réemployés’’ comme professeurs au Congo. »
Selon le Professeur Mbata, « Le ‘péril de la Nation’ que nous avons toujours fustigé est passé par l’Université ». Les ‘’déboussolés’’ peuvent être au nombre de 1000 ou 100 000 mais qu’ils portent des toges ou pas et peu importe leur nombre et leur provenance, les ‘’marionnettes d’universitaires’’ qui se sont exhibées à Kinshasa le samedi 8 septembre 2018  recevront de la Nation le fouet que seul Elie savait administrer aux (faux)  prophètes de Baal et qui avait débouché sur leur propre inanition ». 

Se tournant vers le futur, il est certain que « Les générations futures raconteront avec le plus grand mépris l’histoire misérable de ces ‘’universitaires ignorants’’,  de cette ‘’déconfiture’’, de cette ‘’forfaiture’’ ou de cette ‘’délinquance intellectuelle, de cette ‘’faillite de la pensée’’,  de cette ‘’trahison des clercs’’, de ces ‘‘intellectuels du gouvernement’’, de ces ‘‘professeurs du Rais’’ ou de cette ‘’élite décérébrée’’  qui aura sacrifié la Nation pour sa passion du pouvoir, de l’or et de l’argent! »
Comme l’on devait s’y attendre, la réaction de l’Universitaire André Mbata qui est également membre du Comité exécutif du Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA) qui est basé à Dakar au Sénégal se termine par une note scientifique :
« Ainsi que l’écrivait le philosophe Kwesi Prah, les sciences sociales africaines doivent prendre très au sérieux l’étude de la ‘prostitution intellectuelle’ pour comprendre comment certaines personnes qui étaient, que l’on croyait ou que les médias faisaient passer pour des ‘savants’ en sont arrivées à pratiquer une ‘science du ventre’ et sont passées maîtres dans l’art de lécher les bottes des dictateurs, du Léviathan et à présent celles …de son ‘dauphin’ comme c’est le cas actuellement dans la très démocratique République du Congo.»