Violences contre des Congolais à Durban : L’ambassade d’Afrique du Sud présente des excuses

Les étrangers ayant choisi de vivre en Afrique du Sud parmi lesquels de nombreux Congolais sont victimes d’actes xénophobes depuis deux semaines à Durban, une importante ville sud- africaine située 650 km de Pretoria. Les nationaux accusent les immigrés d’être à la base de leur chômage et de la hausse du taux de criminalité.

En République Démocratique du Congo, pays qui compte une importante diaspora vivant au pays de Nelson Mandela, cette situation est suivie avec une grande inquiétude par de nombreuses familles ayant des proches en Afrique du Sud. C’est pourquoi sans doute la représentation sud- africaine à Kinshasa a tenté d’apaiser les Congolais au cours d’une conférence de presse tenue vendredi dernier dans la capitale congolaise. A en croire le site de la radio onusienne Okapi, l’ambassadeur de l’Afrique du Sud en RDC, N’tsiki Mashimbye, a présenté à cette occasion des excuses aux Congolais victimes des actes «barbares » à Durban.
«Au nom du gouvernement sud-africain, au nom de mon ambassade et en mon nom propre, j’aimerais présenter mes excuses à tous les Congolais à cause de ce qui s’est passé, provoqué par certains de nos concitoyens», a déclaré N’tsiki Mashimbye.

Le diplomate a condamné ces violences et rassuré que son gouvernement ne pourra jamais encourager une politique de haine envers d’autres Africains :
«Peu importe la frustration et la gravité des raisons qui ont poussé certains Sud-Africains à perpétrer ces attaques, ces raisons ne pourront jamais justifier des attaques sur nos frères africains ».

N’tsiki Mashimbye a indiqué que son gouvernement est constitué en majorité de personnes qui ont bénéficié de l’hospitalité africaine pendant l’apartheid.
«Nous sommes, parce que vous êtes. Nous ne pouvons jamais oublier d’où nous venons. Si nous en sommes là où nous sommes aujourd’hui, c’est grâce à vos sacrifices », a-t-il poursuivi.

Le diplomate sud- africain a par ailleurs invité tous les Congolais qui désirent voyager en Afrique du Sud de ne pas hésiter car la protection leur sera assurée.
Réagissant au sujet de ces violences, l’ambassadeur de l’Afrique du Sud en RDC a annoncé la création d’une commission pour mener des enquêtes.
«Ce sont des questions réelles auxquelles il faut répondre. Nous avons hâte de collaborer avec tous nos frères africains pour résoudre le défi qui se pose à nous tous », a ajouté N’tsiki Mashymbye.
Par ailleurs, les jeunes du Katanga ont condamné les Sud-Africains, qui ont «terni l’image de Nelson Mandela». Dans une déclaration faite hier dimanche 19 avril, ces jeunes ont appelé le gouvernement de la RDC à leur offrir de l’emploi au pays pour mettre fin à l’immigration des Congolais, victimes de diverses humiliations et mauvais traitements dans bien des pays africains et même ceux qui se disent « amis de la République démocratique du Congo ».

De son côté, lors d’un point de presse samedi, le consul sud-africain à Lubumbashi, Mandla Ramtese, s’est dit gêné et honteux de ce qui s’est passé ces deux dernières semaines dans son pays. Il a néanmoins rassuré les Congolais que ses portes restent toujours ouvertes pour leur délivrer les visas.

Pour sa part, l’ambassadeur de la RDC en Afrique du Sud, Bene Poko, a condamné les exactions commises contre les étrangers dans la ville de Durban. Dans une interview accordée jeudi 16 avril à RadioOkapi, il a déploré la passivité de la police sud- africaine face à ces violences qui, selon lui, n’ont pas leur raison d’être.

D’après des témoignages en provenance d’Afrique du Sud, de jeunes désœuvrés zoulous tabassent les ressortissants d’autres communautés africaines, et saccagent leurs biens et commerces.

Plusieurs Congolais restent terrés chez eux et ne savent plus vaquer à leurs occupations quotidiennes. Ils craignent d’être lynchés ou brûlés vifs sur des voies publiques par ces jeunes zoulous instrumentalisés, comme le témoigne un Congolais vivant à Durban, Toubie Kuketuka.

Par CIKO