Nord-Kivu/Ebola : Le personnel soignant de Butembo dans la rue ce mercredi pour dénoncer les attaques ciblées

Le personnel soignant de la ville de Butembo, toutes tendances confondues, ne compte pas croiser les bras face aux séquestrations dont il est victime depuis l’avènement du virus ebola dans la zone.

Médecins, laborantins, infirmiers, tous estiment qu’il est inconcevable que leur vie soit mis en péril alors que depuis des mois déjà, ils se sont investis sans calcul pour sauver de nombreuses vies de cette maladie mortelle.

Allusion faite principalement à l’assassinat vendredi dernier du docteur épidémiologiste Richard Mouzoko, abattu par des porteurs d’armes aux cliniques universitaires de l’UCG.

Partant de cette situation, le personnel soignant menace d’entrer même en grève sèche si leur situation sécuritaire n’est pas garantie et que les signaux continuent toujours à demeurer au rouge.

La première action de ces professionnels de santé est une manifestation de contestation projetée mercredi 24 avril dans les rues de la ville. Marche à la fin de laquelle ils iront déposer un mémorandum aux autorités locales, a annoncé à 7SUR7.CD, le docteur Nzanzu Kalima, médecin général de l’hôpital général de référence de Matanda.

« Il y a des dispositifs qui sont en train d’être pris, un mécontentement de la part du corps soignant. Si la résistance continue, on va déclencher la grève. Mais déjà ce mercredi, nous allons marcher pour aller déposer un mémorandum jusqu’au bureau de la mairie. Pas seulement les médecins mais tout le corps soignant, médecins, infirmiers, laborantins, tous les gestionnaires », a-t-il fait savoir.

Rappelons que depuis le meurtre du docteur camerounais Richard et les attaques des structures sanitaires impliquées dans la riposte à Butembo, l’indignation est non seulement locale ou nationale mais aussi internationale.

La société civile de la ville de Butembo et du territoire de Lubero, a décrété une journée ville morte ce lundi sur l’étendue de ces deux entités. Une façon pour elle de s’inscrire en faux contre cette même barbarie.

Isaac Kisatiro/Correspondant 7SUR7.CD à Butembo