Retour annoncé de Katumbi : « On ne peut pas dire que F. Tshisekedi n’a rien fait. Il y a la politique mais il y a un minimum qui existe, l’honnêteté intellectuelle », (Lutundula)

Le directeur du bureau politique de la plateforme Ensemble pour le Changement a, dans une interview accordée mardi 14 mai 2019 à 7SUR7.CD, salué le retour prochain de Moïse Katumbi Chapwe en République Démocratique du Congo.

Selon Christophe Lutundula Apala, cela montre que lorsque le leadership du pays n’est pas bien assumé ou se transforme en un instrument de règlement des comptes, ça peut tour faire dérailler y compris les droits de l’homme, même le fonctionnement des institutions.

« C’est une bonne chose. Il rentre dans son pays et il doit assumer toutes ses charges, tous ses devoirs de citoyen et jouir de tous ses droits », a dit Christophe Lutundula.

En ce qui concerne les conditions sécuritaires, le directeur du bureau politique d’Ensemble pour le Changement pense comme Katumbi que c’est la population qui offre la plus grande sécurité.

« Il n’y aura jamais une situation sécuritaire maximale, jamais et dans aucun pays. Ensuite, comme il l’a toujours dit lui-même, vous ne pouvez pas accepter d’entrer en politique et d’être tout le temps comme un paranoïaque. Il faut avoir du courage et le courage fait partie des atouts, des qualités exigés à un homme politique », a-t-il signifié.

Comme il l’a dit lui même sur France 24 et RFI poursuit Lutundula, la plus grande sécurité et la plus certaine c’est ce qu’apporte le peuple.

Contrairement à ceux qui estiment que le chef de l’État n’influencera en rien un possible retour de Moïse Katumbi en RDC, Christophe Lutundula affirme que l’apport de Félix Tshisekedi y sera pour quelque chose.

« Félix Tshisekedi s’est assumé convenablement, il a exprimé de manière sans équivoque sa volonté de changer, de faire en sorte que le combat de son père puisse aboutir. Les mesures de decrispation qui ont été prévues dans l’Accord de la Saint Sylvestre et acceptées par toutes les parties n’ont pu être appliquées avant lui. Donc, on ne peut pas dire que Félix n’a rien fait que sa présence est indifférente. Il y a la politique mais il y a quand même un minimum qui existe, l’honnêteté intellectuelle », a indiqué C. Lutundula.

Selon lui, cela doit faire partie aussi de la noblesse de la politique, d’une exigence de civilisation et de qualité.

En outre, Christophe Lutundula président national de l’Alliance des Démocrates pour le Progrès, « ADP », confirme sa présence le 20 mai prochain dans la ville de Lubumbashi au Haut-Katanga pour accueillir Moïse Katumbi Chapwe

Jephté Kitsita