Assemblée nationale : l'Opposition parlementaire menace de ne pas participer à l'élection du bureau définitif (déclaration)

Neuf regroupements politiques membres de l'Opposition parlementaire se sont réunis ce jeudi 18 avril pour réévaluer leur position prise lors de la plénière du mercredi 17 avril dernier. Après échanges, ces élus du peuple ont réaffirmé leur détermination à ne pas participer à l'élection du bureau définitif de l'Assemblée nationale fixée au mardi 23 avril prochain. Les députés nationaux de l'Opposition confirment qu'ils ne participeront pas au bureau définitif de l'Assemblée nationale, moins encore aux commissions et sous-commissions permanentes. Ce, affirment-ils, tant que la Constitution, la loi portant statut de l'Opposition et le Règlement intérieur de l'Assemblée nationale ne seront pas respectés. Ils demandent ainsi au bureau provisoire de l'Assemblée nationale de ne recevoir aucune candidature des députés de leurs listes au poste des bureaux précités. Ils lui signifient en même temps qu'ils ne comptent aucun indépendant dans leurs rangs. Au terme de cette réunion qui a duré plusieurs heures, les élus de l'Opposition ont par ailleurs décidé de saisir les instances interparlementaires, plus particulièrement l'Union interparlementaire (UIP) quant à la violation flagrante de leurs droits fondamentaux garantis par la Constitution et la loi organique sus mentionnée. L'Opposition parlementaire dit prendre ainsi à témoin l'opinion, tant nationale qu'internationale, face à ce qu'elle qualifie de "l'archarnement de la part du Front commun pour le Congo ( FCC)" qui cherche à tout prix à maintenir le système dictatorial et l'Etat de non droit en RDC. Elle réaffirme sa détermination à poursuivre le combat pour le triomphe du changement dont la RDC a besoin. Réunis autour de Christophe Lutundula, les députés nationaux rappellent que la Constitution en son article 8 reconnaît l'Opposition et consacre la sacralité de ses droits. Une sacralité qui est aussi affirmée par la loi organique portant statut de l'Opposition qui, en son article 11, oblige les assemblées délibérantes à assurer la représentativité proportionnelle de l'Opposition dans tous les organes de direction et dans toutes leurs structures de travaux. Tirant la conclusion de la position prise par la Coalition CACH-FCC, ils qualifient d'inadmissible et d'injuste de priver les élus de Beni-ville, de Béni-territoire, de Yumbi et de Butembo de leur droit le plus fondamental de participer à la désignation des membres du bureau définitif de l'Assemblée nationale. Rappelons que les députés de l'opposition avaient claqué la porte lors de la plénière du mercredi 17 avril dernier. Ils exigent que la validation des mandats des élus de Yumbi, de Béni-territoire, de Beni-ville et Butembo soit antérieure à l'élection du bureau définitif de l'Assemblée nationale. Ce qui, par voie de conséquence, augmentera leur quota au sein dudit bureau. Le calendrier publié lors de la plénière du mercredi dernier fixe l'election du bureau définitif de la chambre basse au mardi 23 avril prochain. La période de la campagne électorale coure du samedi 20 au lundi 22 avril. Lancé ce jeudi 18, le dépôt de candidature se clôture demain 19 avril. ( Ci-dessous, l'intégralité de la déclaration) Orly-Darel Ngiambukulu