ebola

RDC-Ebola : Tshisekedi confie le secrétariat technique du comité multisectoriel à une équipe d'experts dirigée par le prof Muyembe

Dans un communiqué daté du 20 juillet 2019 en rapport avec l'épidémie d'Ebola signé par le directeur de cabinet du chef de l'État, Vital Kamerhe, la RDC réitère son ferme engagement à poursuivre la riposte et à renforcer le contrôle transfrontalier et celui de principales routes internes afin de veiller à ce qu'aucun cas ne soit omis ou n'échappe aux équipes de surveillance.

Dans la foulée, Vital Kamerhe annonce que la conduite de la riposte à l'épidémie de la maladie à virus Ebola se fait désormais sous la supervision directe du président de la République.

Nord-Kivu/Ebola : Le diocèse de Goma répond à l'appel du ministre de la santé, "pas de main à la messe", (Communiqué)

Le diocèse catholique de la ville de Goma vient de décider de se rallier à "la préoccupation générale des précautions préventives par l'observation des mesures d'hygiène" dans la lutte contre la maladie à virus Ebola.

L'annonce a été faite dans un communiqué signé à Goma (Nord-Kivu) ce vendredi 19 juillet par le chancelier, Abbé Jacques Letakamba.

Le diocèse de Goma promet de suivre les précautions préventives par l'observance des mesures suivantes :

Nord-Kivu : "Je suis FARDC, je combattrai Ebola!", lance l'armée qui décide de combattre l'épidémie au même titre que les groupes armés (Communiqué)

Le général Edmond Ilunga Mpeko, commandant de la 34ième région militaire (Nord-Kivu) appelle ses troupes à s'engager dans la lutte contre la maladie à virus Ebola qui sévit depuis près d'un an au Nord-Kivu et en Ituri.

Dans un communiqué publié vendredi 19 juillet et dont une copie est parvenue à 7SUR7.CD, Edmon Ilunga vient de porter à la connaissance des tous les officiers, sous-officiers, caporaux et soldats, que l'épidémie d'Ebola est une grande menace pour eux au même titre que les groupes armés que les FARDC combattent depuis des décennies en RDC.

RDC-EBOLA : Voici ce que le ministère de la santé attend de la population pour arrêter la propagation du virus 

4 jours après l’apparition du premier cas positif de la maladie à virus Ebola en ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, le ministre de la santé publique Oly Ilunga a tenu à rassurer la population sur l’efficacité des équipes de la riposte qui "sont déjà au travail pour éviter toute propagation".

Oly Ilunga a tenu une conférence de presse à Goma ce jeudi 18 juillet, au cours de laquelle, il dit attendre une coopération de la population vis-à-vis des équipes de la riposte afin de faciliter à ces dernières le travail.

RDC-EBOLA : Les cas de Goma et d'Ouganda savaient qu’ils étaient à risque mais ont refusé de respecter les recommandations sanitaires (Min. Santé)

Le ministère de la santé a, mercredi 17 juillet 2019, déploré une fois de plus l'attitude "irresponsable" de certaines personnes qui contribuent à la propagation de cette dixième épidémie d'Ebola qui secoue la République Démocratique du Congo. 

"Nous regrettons qu’après avoir passé près d’un an dans cette épidémie, certains groupes de personnes dans la communauté continuent à adopter un comportement irresponsable qui cause la propagation géographique du virus", a déploré le ministère de la santé. 

Ebola à Goma : Tous les contacts du pasteur "décédé", dont le chauffeur de moto-taxi qui l'avait conduit, ont été retrouvés en moins de 3 jours (Min. Santé)

Dans son rapport du 17 juillet 2019 sur la situation épidémiologique de la maladie à virus Ebola qui sévit en République Démocratique du Congo, le ministre de la santé a donné des nouvelles rassurantes sur le suivi de la situation des contacts du pasteur ayant voyagé à Goma.

Ledit ministère affirme que la vaccination autour du cas confirmé de Goma se poursuit au centre de santé Afia Himbi dans la zone de santé de Goma. 

RDC-EBOLA : L'épidémie est déclarée "urgence de santé publique de portée internationale" par l'OMS

Le comité d'urgence de l'organisation mondiale de la santé, "OMS", a déclaré la maladie à virus Ebola présente en RDC, comme urgence de santé publique de portée internationale.

C'était à l'issue de la réunion organisée par ce comité à Genève, la capitale suisse, ce mercredi 17 juillet.

Cette décision intervient seulement 72 heures après l'apparition de l'épidémie en ville de Goma, où un patient a été testé positif en provenance de Butembo.

RDC-Ebola : L'épidémie pourrait être déclarée "urgence de santé publique de portée internationale" ce mercredi (OMS)

Après l’apparition du tout premier cas confirmé de la maladie à virus Ebola à Goma, une ville de plus d’un millions d’habitants, le comité d’urgence de l’organisation mondiale de la santé (OMS) se réunit à Genève (Suisse) ce mercredi 17 juillet, afin de déclarer si cette dixième épidémie présente en provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri depuis 11 mois, est maintenant une urgence sanitaire de portée internationale ou non.

En séjour à Goma, le directeur général adjoint de l’OMS a confirmé la tenue de cette réunion lors d’une communication avec la presse ce mardi 16 juillet 2019.

RDC-EBOLA : Le cas confirmé de Goma est mort pendant son transfert à Butembo

Le malade d’Ebola testé positif à Goma dimanche 14 juillet dernier est décédé ce lundi 15 juillet pendant son évacuation au centre de traitement Ebola de Butembo.

L’information vient d’être confirmée ce mardi 16 juillet 2019 par le gouverneur du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita à l’issue d’une réunion tenue avec les membres du bureau de l’assemblée provinciale.

C’est suite au manque d’équipement spécialisé à Goma que la décision de transférer le patient à Butembo (actuel épicentre de la maladie) a été prise.

RDC : L'utilisation de tout autre vaccin contre Ebola est interdite dans les provinces du Nord Kivu et de l'lturi. Il n'y a pas de crise d'approvisionnement du vaccin rVSV-ZEBOV (Oly Ilunga)

Dans une note circulaire datée du 10 juillet dernier et parvenue ce vendredi à 7SUR7.CD, le ministère de la Santé signale qu'il s'est tenu du 28 au 29 juin 2019 à Kinshasa, une consultation internationale sur la vaccination contre la maladie à virus Ebola.

A l'issu de ces deux jours des discussions et après consultation, le ministère de la Santé est arrivé aux principales conclusions suivantes :

- L'introduction d'un deuxième vaccin ne fait pas partie du 4e plan stratégique pour la riposte ;