La mort du sculpteur Afred Liyolo: Une grande perte pour l'Académie des beaux arts ( DG Kalama Akulez)

La mort d'Afred Liyolo, à l'âge de 67, représente avant tout une perte énorme pour l’Académie des beaux-arts ( ABA), a affirmé le Directeur général de cet établissement d'enseignement supérieur de Kinshasa, le professeur Henri Kalama Akulez. Pour Frank Dikisongele, artiste peintre et enseignant à l'Académie des beaux arts, Me Liyolo est parmi ceux qui ont porté haut le flambeau de l’art plastique congolais à l’étranger. Il est aussi le seul artiste africain à avoir rencontré l’empereur Hirohito du Japon. Image retirée. « Je l’ai eu comme directeur général et j’ai bénéficié de son expérience et de son encadrement. Me Liyolo est parmi ceux qui ont porté le flambeau de l’art plastique congolais à l’étranger. Il est resté compétiteur jusqu’au bout. Il a présenté ses œuvres d’art à travers le monde. Ici au pays, il a laissé pas mal de monuments », regrette Frank Dikisongele. La mort de cette icône de l'art plastique est très perceptible sur le campus de l'ABA. Des étudiants rencontrés ce mardi 2 avril sur le site de cet établissement de formation supérieur affirment que Liyolo est parti au moment où ils avaient encore besoin de lui. Image retirée. " Il a beaucoup fait pour ce pays, certes. Mais je crois qu'il avait encore des choses à donner. Nous avions encore besoin de ses enseignements, de son encadrement et de ses sages conseils", a indiqué, Jonathan, un étudiant en sculpture. Me Alfred a laissé derrière lui plusieurs réalisations qui contribuent de maniere considérable à la beauté de la ville de Kinshasa, dont les deux mains jointes à la place des artistes, au rond-point Victoire. Orly-Darel Ngiambukulu