M. Fayulu à Guterres : "Si la communauté internationale veut tuer la démocratie au Congo, qu’on nous le dise"

Publié jeu 07/02/2019 - 09:40
Martin Fayulu Madidi a réagi ce jeudi 7 février 2019 sur les antennes de la Radio France Internationale, "RFI", au secrétaire général de l'ONU qui avait déclaré mercredi dernier sur le même média, qu'il faut coopérer avec la RDC et ses nouvelles autorités. Selon le candidat de la coalition de l'opposition LAMUKA, c'est inadmissible de laisser quelqu'un qui n'a pas gagné les élections diriger la République Démocratique du Congo. "Je note que le secrétaire général des Nations unies n’oublie pas ce qui s’est passé en RDC, c’est-à-dire le hold-up électoral. Mais ma réaction est que c’est comme si le Congo était un pays exceptionnel comparativement à ce qui se passe au Venezuela par exemple où la communauté internationale semble opter pour l’organisation de nouvelles élections. Le problème aujourd’hui, c’est comme faire accepter aux Congolais, et même au monde entier, que quelqu’un qui a eu moins de 17% soit président de la République, alors que celui qui a plus de 62% ne peut pas exercer le pouvoir", a déclaré Martin Fayulu. Celui qu'on appelle Le Soldat du Peuple se demande par la même occasion si la communauté internationale veut tuer la démocratie dans son pays. "Si la communauté internationale veut tuer la démocratie au Congo, qu’on nous le dise, car quel est ce Congolais qui, demain, pourra encore faire confiance aux élections?", s'est demandé Fayulu. Pour rappel, Martin Fayulu continue de réclamer sa vicoitre électorale à l'élection présidentielle de décembre dernier avec 61%. Il a à cet effet, saisi la Cour Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples pour faire triompher la vérité des urnes. Jephté Kitsita