Selon les résultats d’un projet réalisé par le Centre Monkole : 100% des Congolais exposés au paludisme

Les enquêtes ont concerné Kinshasa et le Kongo-Central où 4 500 patients ont été examinés, 2 794 prélèvements traités et plus de 20 500 analyses réalisées

Le Centre de formation et d’appui sanitaire Cefa/Monkole, en consortium avec l’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB), le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) ainsi que l’université Aix Marseille et la société K-Plan, ont procédé, vendredi 10 juin 2016, à Sultani Hôtel, à Kinshasa, au rendu des résultats du projet  » Surveillance de l’endémie palustre et évaluation de l’efficacité des médicaments pour une mise à jour de la stratégie de lutte contre le paludisme « .

Ce projet qui a duré deux ans, financé par l’  » Initiative 5% (Paludisme, Tuberculose et Sida) », mis en œuvre par France Expertise, a été réalisé dans la ville province de Kinshasa et au Kongo-Central. Il avait pour objectifs de: renforcer la capacité technique des structures centrales (CH Monkole/Inrb) et des centres de santé partenaires ; réaliser les études de niveau de sensibilité des parasites aux antipaludiques ; établir la cartographie de la résistance de Plasmodium Falcifarum aux antipaludiques des sites choisis.

A en croire le professeur Parzy Daniel, un des orateurs de cette journée de restitution, 4.500 patients ont été examinés, 2.794 prélèvements traités et plus de 20.500 analyses réalisées. Le tout, en 49 semaines d’investigation (2014-2015), grâce à un laboratoire mobile ultra moderne, le K-LMP, adaptée à la situation locale, transportable par deux personnes, et qui ne demande pas de qualification pour son installation.
Parmi les résultats de ce projet, figure la formation d’une équipe de quatre personnes capables de réaliser les opérations de terrain (Test in vitro, Elisa, Bio Mol), huit médecins, 165 techniciens de laboratoire et 130 étudiants. Ce, pour permettre à l’Etat congolais de disposer d’une équipe capable d’en former d’autres, d’implémenter sur le terrain ce type d’évaluation et de l’étendre à d’autres pathologies.

RDC : 100% de la population à risque de paludisme

Selon le profil épidémiologique de la République démocratique du Congo, révèle le professeur Parzy Daniel,  » La RDC est le 2ème pays endémique en Afrique pour le paludisme, après le Nigéria « . De ce fait, 100% de la population est à risque de paludisme. Avec 16 à 26 millions de cas, 33 à 72 000 cas de décès ont été estimés en 2014, tandis qu’un enfant sur 6 meurt avant la cinquième année.

L’Artézunate injectable recommandé

Après étude et recherche, il a été recommandé l’usage du produit Artézunate injectable pour lutter contre le paludisme. Car, ¾ d’heure seulement après sa prise, à en croire les médecins, il élimine 90% de la masse parasitaire.
Il a été attesté la diminution de la résistance de la Chloroquine chez plusieurs patients.

Il faut noter que parmi les intervenants, outre le professeur Parzy Daniel, il y avait également les docteurs Serge Mandoko de l’Inrb, Véronique Sinou de l’UMR-MD3, les professeurs Jean Jacques Muyembe de l’Unikin/Inrb, Léon Tshilolo de Cefa/Monkole ainsi que Jorys Likwela du Pnlp.

Par LM

loading...

Ajouter un commentaire