RDC-Bilan répression manifestations BDM : HRW contredit la police et parle de 27 morts au moins

Contrairement à la Police nationale congolaise (PNC) qui parle de 19 morts survenus après la répression lundi à Kinshasa, Boma Matadi et Muanda des manifestations organisées par les adeptes de la secte politico-religgieuse Bundu Dia Mayala, l’Organisation de droits de l’Homme Human Rights Whatch brandit, elle, un chiffre de 23 morts dont 11 éléments de BDM et 10 passants.

Selon le Rapport de l’ONG internationale sur ces événements, publié jeudi 10 août, les adeptes de BDM et les passants auraient été abattus par les Forces de sécurité qui ont tiré à balles réelles sur les manifestants.

Deux policiers ont été tués à leur tour par les manifestants, concernant la ville de Kinshasa.

Dans son Rapport, Human Rght Whatch affirme que les manifestants avaient carte blanche et ont même bénéficié de l’encadrement des services de sécurité.

« Plusieurs groupes de manifestants ont été autorisés à manifester sans interférence, encadrés par des membres des forces de sécurité congolaise qui n’ont fait aucun effort pour bloquer ou arrêter les manifestations », peut-on lire dans ce Rapport.

Ce constat pousse cette ONG américaine de relever le contraste assez flagrant avec d’autres manifestations planifiées au pays entre autre celle du 31 juillet de la coalition des mouvements citoyens et d’organisations de défense des droits humains et soutenues par de nombreux partis d’opposition où les forces de sécurité s’étaient déployées lourdement à l’avance pour empêcher le déroulement des manifestations.

Les allégations d’une situation d’insécurité créée de toute pièce par les autorités de Kinshasa sont de plus en plus avancées et HRW les relaye en se basant sur les affirmations d’un témoin, un individu que l’organisation présente comme proche des forces de sécurité.

« Les manifestations et les attaques de lundi n’étaient que du théâtre, l’objectif est de créer le chaos partout », soutient l’informateur de HRW.

A en croire ce témoin, les forces de sécurité avaient reçu pour ordre de laisser  » libre passage  » aux manifestants.

Et de renchérir que les autorités avaient l’intention d’utiliser le prétexte BDK pour créer une milice que le gouvernement pourra attaquer.
Ce qu’ils ont fait avec les Kamwina Nsapu dans le Kasaï, à présent ils feront au Kongo Central, dit-il.

Quand aux officiers de la police et les militaires tués ou blessés, le témoin soutient qu’ils font partie de ceux qui n’étaient pas informés à l’avance de l’opération.

Un Rapport sur fond des accusations qui pousse Human Righst Whatch à réclamer des enquêtes impartiales pour, dit-elle, déterminer les responsables des pertes en vies humaines de lundi.
Le gouvernement juge absurde la théorie du chaos.
Il parle d’une tentative de putsch manqué par les adeptes de BDK emmenés par le fugitif et gourou Zacharie Badiengila alias Ne Mwanda Nsemi.

Alphonse Muderhwa

loading...

Un commentaire sur “RDC-Bilan répression manifestations BDM : HRW contredit la police et parle de 27 morts au moins

Ajouter un commentaire