Les notables de la Tshuapa honorent Lomboto et Ifoku

Ces sont les vieux, pas n’importe lesquels, les notables de la Tshuapa qui ont assumés des grandes responsabilités au niveau national et provincial. Jusqu’en ce jour, ils ont toujours de l’influence dans les milieux politique, administratif, militaire, ecclésiastique et citoyen. Des icônes, mieux des baobabs ont honorés leur nouveau gouverneur M. Cyprien Lomboto Lombonge et vice-gouverneur Mme Ifoku Mputa Mpunga Marie-Josée, élu depuis le 26 mars 2016, à l’élection de gouverneurs organisé par la Ceni. Ces deux récipiendaires avaient remporté haut les mains les élections avec un score de 17 voix sur 18, représentant plus de 94%.

 

Cette rencontre était une initiative du Patriarche sénateur Léon Engulu, avec le soutien du Ministre des PME et Classe Moyenne Pancrace Boongo Nkoy et mis en œuvre par le Secrétaire Général Boniface Bola.

 

Les ressortissants de la Tshuapa, disons les notables ont manifestés leur joie et ont montré leur sympathie à l’endroit du nouveau gouverneur.

Dans son mot de circonstance, le sg boniface Bola a exprimé le vœu de se retrouver souvent en faveur de la Tshuapa, en vue de tisser des liens plus solide et de hisser cette province plus haut.

 

En débitant des paroles de sagesse, les sénateurs Engulu Bango Pongo Léon a fait comprendre à l’assistance que le fait d’avoir ce poste de gouverneur est une grâce venant de Dieu. Tous doivent l’accepter d’un bon cœur. Il invite par ailleurs les ressortissants de la Tshuapa de soutenir leur gouverneur car cette tâche et les conditions dans lesquelles le gouverneur va travailler sont difficiles. Le nouveau gouverneur est bité à un problème de manque d’opérateur économique solide et manque d’entreprises. Soyez indulgent vis-à-vis de lui en ayant une attitude favorable a-t-il soutenu. Mettons de côté les partis politiques, car ces différents partis dont nous sommes membres passeront avec le temps, mais la Tshuapa restera. Ayons tous un même parti qui est la Tshuapa. Et ce baobab recommande à tous les natif de la Lomboto.

 

Pour ça sa part, le Ministre des PME et Classe Moyenne Pancrace Boongo Nkoy, l’un des notables de la Tshuapa à plaider pour l’unité et le dialogue, mieux une communication permanente pour ne pas laisser la place aux rumeurs.

 

Il a par ailleurs rassuré l’assistance que dans le gouvernement provincial qui sera composé dans un bref délai, tous les six territoires seront représentés. Il se dit prêt à recevoir toujours des conseils venant de patriarches.

 

Prenant la parole, le gouverneur Lomboto remercie les notables pour leur soutien à son égard. Il demande aux natifs de la Tshuapa de lui laisser de temps de travailler afin qu’ils voient de quoi il est capable. C’est alors qu’on le jugera par les œuvres et non à priori.

 

En effet, la Tshuapa a besoin non seulement des moyens des institutions étatiques mais aussi de ses filles et fils entrepreneurs pour sa reconstruction. Tout investisseur qui voudrait bien travailler dans le domaine de construction, finances, commerces, santés, tourismes, agricultures et élevages, éducations, … est le bienvenu dans cette nouvelle.

Tous les fils et filles de cette province sont appelés à vivre dans l’unité et dans une collaboration parfaite pour leur bien commun qu’est la Tshuapa. A l’instar d’un enfant qui ne peut choisir des parents par où il doit naitre, eux aussi, n’ont pas choisis d’être ressortissants de la Tshuapa, cela est la volonté de Dieu. Les fils et filles de la Tshuapa sont pour ce faire inviter à l’unité et au travail.

 

C’est ensemble que les natifs de cette nouvelle province vont la relancer, en vue de sa consolidation et de son développement Le temps n’est plus aux critiques creuses et aux vains discours, plutôt à un travail de qualité qui va engendrer des résultats nobles. Car demain, les nouvelles générations vos leurs demander qu’avez-vous fait de la Tshuapa, s’ils n’agissent pas maintenant, demain ils rendront des comptes et l’histoire le jugera.

 

A l’ouverture de la cérémonie, une prière a été dite par le père Prospère de missionnaire Oblat. Et un moment de silence a été observé en mémoire du musicien papa Wemba Shungu, l’un des ténors d’Anamongo. Cette rencontre s’est terminée par un repas copieux partagé entre frère.

 

Par Samuel Simba