Recrudescence de la criminalité à Kinshasa : le contrôle de véhicules sans plaque, à plaque voilée, vitres teintés commence ce mercredi (Police)

Devant la presse mardi 15 mai, la Police Nationale Congolaise a, via son Porte-parole, annoncé pour ce mercredi le début de contrôle de véhicules  »Ketch » commis au transport en commun, des véhicules sans plaque ou à plaque voilée…
Ce, afin de lutter contre la recrudescence de la criminalité dans la ville de Kinshasa.

A en croire le Colonel Mwanamputu, ces mesures font suite à la réunion interinstitutionnelle tenue vendredi par le président de la République.

« Tous les véhicules sans plaque, à plaque voilée, avec vitres teintés, ou des véhicules commis au transport personnel mais qui exercent le transport en commun seront saisis. Et ce, à partir de ce mercredi », a-t-il déclaré.

Et d’ajouter, « la mesure concerne tout le monde, officiel, ministre, officier des forces de sécurité, tout le monde doit se conformer. Vous devez savoir que même le président de la République tous ces véhicules portent de plaques…», a dit Pierrot Mwanamputu.

Il s’avère important de signaler que les 48 heures accordées aux propriétaires des véhicules concernés expirent ce mardi 15 mai.

Ce contrôle se fera à travers un système de code barre (pour vérifier l’authenticité de plaque ou documents). Tous les véhicules commis au transport en commun porteront les mêmes couleurs, les conducteurs sont également priés de placer devant leurs véhicules (à l’intérieur ) une photocopie de la carte d’identité grandeur nature.

Jeff Kaleb Hobiang

Un commentaire sur “Recrudescence de la criminalité à Kinshasa : le contrôle de véhicules sans plaque, à plaque voilée, vitres teintés commence ce mercredi (Police)

  1. « Vous devez savoir que même le président de la République tous ces véhicules portent de plaques… ». Ceci est faux sur toute la ligne. C’est vous qui êtes les premiers à utiliser des véhicules sans plaque et donnez le mauvais exemple. Y compris les véhicules que vous employez pour les enlèvements et kidnappings. Tout cela parce que vous êtes des « hors-la-loi » c’est-à-dire qu’aucune loi du pays ne vous concerne.

Ajouter un commentaire