Nord-Kivu, Butembo : paralysie partielle du transport à cause de la grève des taxis-motos

Publié lun 28/01/2019 - 11:10
La plus grande association des conducteurs des taxis-motos, l'Atamov, a, lundi 28 janvier 2019, suspendu ses activités pour exprimer son ras-le-bol après l' l'agression dont ont été victimes certains de ses membres le week-end dernier par les services de la police. Misisa Jackson, président de cette association, indique que plusieurs biens ont été ravis par quelques éléments de la police alors que les conducteurs de motos-taxis pleuraient leurs compagnons. Il demande ainsi la restitution sans conditions de leurs biens et le respect de ses membres. Mais en attendant, les conducteurs membres de l'Atamov, estimés à plus d'un millier de personnes, qui couvrent les besoins du transport en commun dans la quasi totalité de la ville de Butembo ; ne sont pas sortis pour aller travailler, suivant le mot d'ordre de leur président. Ce qui rend la vie difficile à la plupart des ''Bubolais'' (habitants de Butembo) qui s'apprêtaient à rejoindre leurs différents lieux de travail. Cette grève des motards, associée à la hausse galopante du carburant dont le litre est passé de 1700 FC à 4000, vient amplifier la crise du transport en commun. Le transport en commun n'est utilisé que par quelques citoyens aisés, capables de résister à la hausse du prix d'une course. Bonne nouvelle tout de même pour les usagers du transport en commun, ce matin, il s'observe une baisse du litre de carburant. De 4000 FC dimanche, il se négocie à 2500 ce lundi dans plusieurs stations services. Isaac Kisatiro, correspondant 7SUR7.CD à Butembo