Nord-Kivu : Une nouvelle matinée agitée à Kiwanja ce vendredi

Publié ven 17/05/2019 - 08:21
Les manifestants contre l'insécurité à Rutshuru ne décollèrent toujours pas face à ce qu'ils qualifient d'inertie des autorités congolaises face aux kidnappings ou aux tueries répétitives dans la région depuis de nombreux mois déjà. Ce matin dans la cité de Kiwanja, nombreuses artères sont hermétiquement bloquées au trafic des engins roulants, informent les sources sur place qui dénombrent plus de cinq barrières érigées par la population toujours en colère. L'assassinat jeudi 16 mai par un policier d'un élève de 6e année primaire lors d'une manifestation des élèves de nombreuses écoles qui exprimaient leur mécontentement au sujet du meurtre du parent d'un des leurs ou de l'enlèvement de ses autres membres de famille est à la base de cette situation. Essentiellement des jeunes, les manifestants qui barricadent les artères principales empêchant les véhicules en partance pour Butembo de traverser la barrière Kitoboko réclament une audience publique pour que soit jugé le policier qui a tué le jeune Gédéon. La situation est de nouveau troublée et donc le risque d'assister à une nouvelle paralysie d'activités s'accroît de plus en plus. La société civile locale s'inquiète et appelle les dirigeants du pays à être sensibles aux revendications et aux interpellations de leurs administrés car, déplore-t-elle, "tout Rutshuru est maintenant en feu". Isaac Kisatiro depuis Butembo.