Programme d'urgence de Félix Tshisekedi : un financement additionnel des partenaires nécessaire à la construction de l'Usine de traitement d'eau de Binza-Ozone

Le Président de la République Félix-Antoine Tshilombo Tshisekedi a procédé, le samedi 2 mars dernier, à la présentation du Programme d'urgence de ses 100 jours à la tête de la RDC. Au nombre des promesses formulées par Félix Tshisekedi figure notamment l’amélioration de la desserte en eau potable à travers la construction et/ou le renforcement des infrastructures de la Regideso. Le chef de l’État a promis la construction d’une usine de 110.000 m³ / jour à Binza l’Ozone, dans la commune de Ngaliema. Tout en saluant cette promesse, des observateurs avertis appellent les partenaires de la RDC à financer ce projet qui contribuerait de manière sensible à l'amélioration de la fourniture d'eau potable à Kinshasa. Ils craignent cependant que cette promesse du Chef de l'Etat soit mise en mal par le délai imparti au projet PEMU-FA, financé par la Banque mondiale, qui est censé réaliser cette usine. Image retirée. En effet, la Banque mondiale a décidé de ne proroger le Projet d’alimentation en eau potable en milieu urbain (PEMU-Fonds additionnel) que jusqu’au 30 juin 2019. Ce court délai, affirment des techniciens ne permettrait pas de parachever les travaux entrepris dans le cadre du projet PEMU dans la capitale congolaise. L’idéal, proposent-ils, serait d’accorder un financement additionnel devant couvrir la construction de la première tranche de l’usine de traitement d’eau de Binza-Ozone et de reporter la clôture du projet au 31 décembre 2020. A travers les récents courriers échangés avec Banque mondiale, les autorités congolaises avaient fait savoir que le montant de 60 millions de dollars prévus dans le cadre d’un nouveau projet (PDMRUK) est à même de permettre la réalisation de la deuxième et de la troisième tranche de l’usine de l’Ozone au lieu d’une seule. Elles affirment en outre que la construction de l’usine de traitement d'eau de Binza-Ozone permettrait de booster des économies substantielles et de répondre aux attentes de la population dans les plus brefs délais. La partie congolaise indique par ailleurs que l’exécution du projet PDMRUK aiderait à consolider les réalisations du PEMU-FA par une nette amélioration du système de distribution en construisant de nouveaux réservoir ou en renforçant leur capacité sur les sites de l’Ozone, Météo, Djelo-Binza, Makala et Gombele. Financé à hauteur de 166 000 dollars américains par la Banque mondiale, le projet PEMU-FA, lancé depuis 2016, a pour objectif principal d’améliorer la desserte en eau potable dans les villes de Kinshasa, Matadi et Lubumbashi. Orly-Darel Ngiambukulu