RDC-Mines : Accusée d'avoir détourné 750 millions $, Gecamines va poursuivre 3 ONG en justice

Publié jeu 29/11/2018 - 10:37
Albert Yuma Mulimbi ne décolère pas. Il veut poursuivre 3 ONG en justice pour avoir publier des rapports mensongers sur la Gecamines. Celles-ci avaient notamment accusé sa société d'avoir détourné 750 millions USD. Mercredi à Pullman Hôtel de Kinshasa, le staff de la Gecamines (GCM), au complet, chiffres à l'appui, a, au cours d'une conférence de presse, dénoncé ''les allégations outrancières et systématique des certaines ONG''. Dans un rapport intitulé ''La vérité sur les mensonges des ONG en République démocratique du Congo - ou comment sous couvert de morale, on voudrait priver le pays de sa souveraineté sur ses matières premières ", L'entreprise minière publique s'en est pris violemment à 3 ASBL : Global Witness, Carter Centre et Enough Project. Selon le président du conseil d'administration de la Gecamines (PCA), Albert Yuma Mulimbi, ''ces ONG sont des ennemis de la République'' car elles ont faussement accusé GCM d'avoir détourné 750 millions USD sur les 1.575 milliard USD perçus entre 2011-2014. Pour Albert Yuma, qui s'est vigoureusement défendu, c'est un gros mensonge. D'après lui, le montant réel des revenus des partenariats sur cette période s'élève à 1,294 milliard USD et 100% de ces fonds sont dans les états financiers de la GCM. Deuxième accusation des ONG, GCM ne contribue pas au budget de l'État. Elle n'a contribué au budget de l'État qu'à hauteur de 75 millions USD entre 2009-2014. Faux selon le PCA de la GCM, qui avance le chiffre de 372 millions USD de contribution sur la même période. Troisième accusation, la GCM n'investit pas dans ses installations. Elle privilégie le court terme à sa reconstruction, malgré ce qu'elle prétend, accusent les ONG. Pour le patron de GCM, entre 2010 à 2014, sa société a investi 860 millions USD dans de nouveaux projets. Ainsi, promet Yuma, les projets Deziwa, Société du Terril de Lubumbashi, Kingamyabo, Kamatanda, etc, vont bientôt faire de la GCM est opérateur minier de premier plan. Quatrième accusation des ONG, la GCM est la cause du déséquilibre dans la répartition des richesses du pays. Elle alimente la corruption par ses détournements de fonds au profit du pouvoir en place. Pour le PCA de la GCM, la cause de ce déséquilibre est à chercher dans le code minier de 2002 et du système mis en place par les multinationales du secteur minier. C'est ça qui conduit à priver l'État et GCM des bénéfices attendus. Le manque à gagner pour l'État et GCM s'élève à près de 5 milliards USD (4,9 MDS) entre 2005 et 2016. A. Yuma a affirmé que ces ONG manipulent les opinions nationales et internationales avec des faux rapports. Elles voient d'un mauvais oeil le développement de la RDC car elles travaillent pour des intérêts économiques hostiles à son pays. Pire, les rapports de ces ONG, alors qu'ils sont faux, servent aussi de soubassement aux projets de sanctions contre les autorités congolaises. Yuma a dit tout le mal qu'il pense des ces ONG. Il dit que son entreprise va engager des poursuites judiciaires contre ces ONG, qui dit-il sont dépourvus d'expertise car ils confondent des poires et des prunes car leurs rapports contiennent des erreurs grossières. G.M.M.