RDC : Muanda Nsemi, retour sur les péripéties de la fin de sa cavale

Publié sam 11/05/2019 - 12:01
Réapparu en début de semaine entre les mains du président du Conseil National de Suivi de l'Accord (CNSA), Zacharie Badiengila alias Né Muanda Nsemi n'a rien dit sur l'endroit où il se trouvait, comment il vivait et comment a-t-il fait pour réapparaître. Mais selon une source proche de l'affaire qui a requis l'anonymat, l'on nous renseigne que le gourou de la secte Bundu dia Mayala (BDM) a vécu pendant ses deux ans de cavale dans le Kongo Central. Il allait de localité en localité dans cette partie du pays où il compte plusieurs adeptes. Il avait séjourné dans plus de 60 cités de cette province pour échapper aux services de sécurité, selon notre source . Ses adeptes nombreux dans cette partie du pays l'ont aidé à se cacher pendant tout ce temps. Ainsi, l'ex député ne restait pas sur place et se déplaçait à tout moment. Quant à sa réapparition, elle a fait l'objet des négociations entre l'ancien président Joseph Kabila et l'actuel Félix Tshisekedi qui ont eu à mandater le CNSA afin de faciliter ce retour, révèle notre source. C'est le dimanche dernier, que Ne Muanda Nsemi a été sorti de l'une de ses cachettes dans le Kongo Central et ramené à Kinshasa. Actuellement, l'homme bénéficie d'une liberté provisoire après une saga judiciaire qui a froissé des susceptibilités de ceux qui ne jurent que par le respect des procédures, gage d'un état de droit auquel aspire la République démocratique du Congo. Quelle saga politico-judiciaire! Pour rappel, Ne Muanda Nsemi avait été arrêté et détenu à la prison de Makala après un affrontement avec la police qui fit plusieurs morts et blessés. Il s’en est évadé en 2017. Donné pour mort, il entre plutôt en clandestinité. Il réapparaît le 6 mai lors d’un point de presse à côté d’Olengankoy. Menacé de réincarcération par le ministre de l'intérieur, il s’éclipse pendant 48 heures. Débusqué et arrêté une fois de plus, il est renvoyé à Makala. Aussitôt arrivé à la prison, il bénéficie d'une mise en liberté provisoire du parquet. Alphonse Muderwa