Thierry Taeymans : "Rawbank s’active à devenir une banque panafricaine"

Publié jeu 28/03/2019 - 20:00
Dans la dynamique d’intégration économique régionale, Rawbank s’active à devenir une banque commerciale panafricaine. D’après son directeur général, Thierry Taeymans tout est mis en oeuvre pour ouvrir des succursales notamment dans les pays limitrophes de la Rd Congo. « Nous commençons par l’Angola où un bureau de représentation est en cours de création. Si Rawbank s’installe en Angola comme dans d’autres pays d’Afrique et qu’il y a un marché unique, cela facilitera les échanges financiers. Donc, nous voulons créer une banque panafricaine. Il faudra quelques années pour y parvenir. Mais cela finira par se matérialiser », a déclaré Thierry Taeymans dans une interview exclusive à Zoom Eco. Rencontré à la septième édition de l’Africa Ceo Forum qui s’est tenue à Kigali du 25 au 26 mars 2019, le directeur général de Rawbank s’est fait accompagné de deux de ses collaborateurs, Didier Tilman directeur général adjoint et Joe Lolonga Nkoi, directeur régional de la zone Est. Image retirée. ET Dans la dynamique d’intégration économique régionale, Rawbank s’active à devenir une banque commerciale panafricaine. D’après son directeur général, Thierry Taeymans tout est mis en oeuvre pour ouvrir des succursales notamment dans les pays limitrophes de la Rd Congo. « Nous commençons par l’Angola où un bureau de représentation est en cours de création. Si Rawbank s’installe en Angola comme dans d’autres pays d’Afrique et qu’il y a un marché unique, cela facilitera les échanges financiers. Donc, nous voulons créer une banque panafricaine. Il faudra quelques années pour y parvenir. Mais cela finira par se matérialiser », a déclaré Thierry Taeymans dans une interview exclusive à Zoom Eco. Rencontré à la septième édition de l’Africa Ceo Forum qui s’est tenue à Kigali du 25 au 26 mars 2019, le directeur général de Rawbank s’est fait accompagné de deux de ses collaborateurs, Didier Tilman directeur général adjoint et Joe Lolonga Nkoi, directeur régional de la zone Est. Participation à triple objectifs A propos de leur participation à ce grand rendez-vous des décideurs économiques africains, il a évoqué trois principales raisons : D’abord, il estime que Rawbank est une grande banque en RDC. Elle mérite donc d’être connue en Afrique puisque c’est un forum qui rassemble tous les directeurs généraux de grandes entreprises basées en Afrique. Ensuite, c’est pour soutenir l’action du chef de l’État qui a personnellement assisté à ces assises qu’ils ont fait le déplacement de Kigali en tant que des ambassadeurs du Congo. Enfin, a-t- il insisté, c’est la nécessité de consolider le networking. Car, il est toujours bien de partager avec les autres directeurs généraux des banques étrangères mais africaines les nouveaux produits, les nouvelles idées et des nouvelles tendances. [caption id="attachment_108093" align="aligncenter" width="768"]Image retirée. dav[/caption] Défis majeurs du secteur bancaire Le financement des entreprises dont les PME créatrices de richesses, d’emplois stables et de prospérité des populations est l’un de défis majeurs du secteur bancaire africain. « Rawbank est une banque des opérateurs économiques et des PME. Il y a des structures qui ne sont pas encore mises en place comme une centrale de risques. Celle-ci nous permettrait de connaître l’endettement de tous les opérateurs économiques auprès des autres banques. Savoir si oui ou non ils sont de bons clients. Ça n’existe toujours pas au niveau de la Banque centrale du Congo », a indiqué Thierry Taeymans. Si cette structure demeure une nécessité pour développer les crédits notamment aux PME en Afrique et au Congo, l’autre défi c’est la justice. A lui de préciser : « elle ne nous aide pas beaucoup. En cas d’insolvabilite de l’opérateur économique, c’est très compliqué d’obtenir un jugement permettant de réaliser une garantie.» Rawbank accueille positivement la demande du chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi, au secteur privé, celle visant à soutenir sa politique de création d’emplois stables et bien rémunérés en faveur des congolais. Pour autant, Thierry Taeymans salue son engagement pris à Kigali de soutenir les initiatives privées et les entreprises congolaises pour les aider à se développer. « La mise en pratique de ces engagements y compris ceux relatifs à la mise en place d’une bonne justice, à la lutte contre la fraude fiscale et la corruption, à l’amélioration du climat des affaires… Ça nous permettra de nous développer plus facilement en RDC», a conclu Thierry Taeymans. Zoom Eco