Kinshasa : voici les 4 difficultés rencontrées dans l'érection des saut-de-moutons (OVD) 

Publié mer 17/07/2019 - 20:37
7sur7

 

Le directeur général de l'Office des Voiries et Drainage (OVD) ; Benjamin Wenga a relevé les difficultés auxquelles font face les ingénieurs chargés d'exécuter les travaux de construction des saut-de-moutons dans la ville de Kinshasa.

 
C'était à l'occasion de la descente du président de la République Félix Tshisekedi sur certains sites, ce mercredi, en vue de palper du doigt l'etat d'avancement de ces travaux. 
 
À en croire cet ingénieur, les difficultés rencontrées dans les chantiers sont multiples. Il s'agit de : 

- Les nappes d'eau rencontrées à faible profondeur ;
- Les câbles souterrains de la SNEL ;  
- Les conduites d'eaux de la REGIDESO ; 
- Et la promiscuité avec les habitations. 

Pour justifier la lenteur observée dans certains chantiers, quant à la construction de ces ouvrages, B. Wenga indique que la construction des saut-de-moutons requiert une étude du sol qui, d'après lui, comprend le sondage et l'analyse du sol ainsi que le rédymensionnement des ouvrages.

"C'est ce qui se fait dans la plupart des sites clôturés par des tôles bleues dans la ville", a-t-il fait savoir. 

Lancés officiement au mois de mai dernier, la durée des travaux de construction des saut-de-moutons est de six mois.

Cependant, les clôtures des tôles bleues érigées dans les carrefours (sites de construction) de la ville de Kinshasa provoquent des
embouteillages énormes. 
En outre, malgré ces bouchons, dans certains chantiers comme celui de Matete, Debonhomme, les travaux n'ont toujours pas démarré. Ce qui suscite de l'indignation dans le chef de population de la Tshangu, qui ont vu les frais de transport sur leurs tronçons augmenter, à la suite de ces travaux.

P.M.