RDC-Parlement : "Envol" de Sesanga dépose une proposition de loi sur la révision Constitutionnelle et propose notamment la double nationalité et la présidentielle à 2 tours 

Publié lun 19/08/2019 - 14:21
7SUR7.CD

Le parti politique Envol du député national Delly Sesanga a  officiellement saisi les deux chambres du Parlement de la République Démocratique du Congo sur la révision constitutionnelle. 

C'est le secrétaire général Jean-Marc Mambidi Koloboro, à la tête d'une délégation du parti, qui a déposé ce lundi 19 août 2019 une proposition de loi à l'assemblée nationale et au Sénat portant révision de certaines dispositions constitutionnelles. 

Jean-Marc Mambidi précise que l'acte posé ce jour n'est qu'une suite logique des résolutions prises lors des assises du bureau politique. 

"Nous venons de déposer notre projet de loi de révision constitutionnelle. Cela a été motivé par les dernières recommandations issues de notre bureau politique qui a eu lieu du 11 au 13 juillet de cette année, qui avait demandé à ce qu'un certain nombre de dispositions soient révisées pour s'adapter à la situation politique du pays", a dit à la presse le secrétaire général de l'Envol.

S'agissant des articles à réviser, le porte-parole du parti, maître Nicolas Lenga, a notamment cité celui relatif à la nationalité précisément sur son exclusivité. À ce sujet, Envol considère que cette disposition devient de plus en plus une réalité dépassée et propose la binationalité.

7SUR7.CD

En ce qui concerne l'élection présidentielle, Envol propose qu'elle revienne à deux tours car selon le porte-parole du parti, le tour unique consacre une crise de légitimité de l'institution président de la République. 

Autre proposition formulée par le parti cher à Delly Sesanga, c'est au sujet de l'organisation des élections dans le délai constitutionnel. À ce niveau, Envol dit avoir prévu des garde-fous très stricts pour éviter des glissements comme celui connu en 2016.

Le parti politique Envol promet de dévoiler tout le contenu de sa proposition de loi portant modification de certaines dispositions de la Constitution dans les prochains jours à travers une conférence de presse.

Cependant, le porte-parole de l'Envol a martelé sur le fait que les dispositions intangibles de la Constitution notamment l'article 220, ne sont nullement concernées par la proposition de loi qu'ils ont déposée ce lundi aux secrétariats de deux chambres du Parlement. 

Jephté Kitsita