RDC : Le député national Claude Misare alerte sur "la vente illégale des fiches blanches" aux élèves du Sud-Kivu

Publié sam 12/10/2019 - 13:04
7sur7

Le député national Claude Misare Mugomberwa, qui était parmi les équipes qui ont accompagné le chef de l'État au Sud-Kivu pour l'inauguration du laboratoire agricole, a profité de son séjour pour saisir le gouverneur Théo Ngwabidje Kasi sur la "montée des antivaleurs" dans les établissements d'enseignement de sa province.

Dans sa correspondance datée du 9 octobre 2019 adressée au gouverneur et dont une copie est parvenue ce samedi à 7SUR7.CD, cet élu du territoire d'Uvira dénonce et condamne l'existence de certains imprimés qui font partie des frais illégaux mais que les inspecteurs recouvrent illicitement auprès des élèves finalistes de 6ème année des Humanités, en l'occurrence "les fiches blanches".

"Ces fiches ne sont pas reconnues par le ministère national de l'Enseignement Primaire Secondaire et Technique, (EPST), et leur portée se limite au seul niveau de l'IPP et dans les différentes divisions de l'EPST en province. Il est important de noter que l'imposition illégale de leur frais aux finalistes de 6ème années des humanités remonte depuis les années 1996", écrit-il au gouverneur au Théo Ngwabidje Kasi.

Reza

Claude Misare précise en outre que pour l'année scolaire passée (2018-2019 ndlr), les préfets des études ont reçu des inspecteurs l'ordre au recouvrement forcé de 9.900 FC pour les trois fiches requises par finalistes pour l'INSPOOL Uvira I et II, et le montant était 16.000 FC par finaliste.

"Ces fiches banches exigées aux élèves finalistes sont une spécificité de la seule province du Sud-Kivu...peu importe les 23 ans de perception illégale de ces fiches, les finalistes du Sud-Kivu méritent d'être rétablis dans leurs droits et que cette année soit une année de changement conformément à la vision du chef de l'État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo", a martelé cet élu du Sud-Kivu.

Dans la foulée, le député national Claude Misare propose au gouverneur du Sud-Kivu de :

- Interdire administrativement la vente de ces fiches car elles sont illégales ;

- Mettre en place une commission qui sera chargée de suivi de l'application de cette mesure ;

- Traduire en justice tout inspecteur et toute autorité de l'EPST qui seraient impliqués dans cette pratique illégale.

Jephté Kitsita