RDC-EPST : "Les frais de motivation n’existent plus dans ce pays. Il faut oublier cette histoire", (Didier Budimbu)

Publié mar 21/01/2020 - 07:36
7sur7

Le vice ministre de l'Enseignement Primaire Secondaire et Technique, (EPST), Didier Budimbu, est monté au créneau pour dénoncer et mettre en garde les écoles qui continuent à exiger aux parents d'élèves, le payement des frais de motivation.

Au cours d’une visite surprise effectuée le lundi 20 janvier 2020 à l’Institut Bobokoli, une école conventionnée catholique située au quartier Delvaux dans la commune de Ngaliema, Didier Budimbu a rappelé que lesdits frais n'existent plus.

"Les frais de motivation n’existent plus dans ce pays. Il faut oublier cette histoire ! On nous avait dit qu’il y avait un problème des non-payés. Il y a déjà des listings qui sont sortis et tous les NP sont pris en compte. À la fin du mois, tous les NP seront payés. Aucun parent ne doit payer ces frais de motivation et vous n’avez pas le droit de chasser les élèves", a martelé Didier Budimbu.

Selon le constat fait sur terrain par le numéro deux de l'EPST, les enseignants de l’Institut Bobokoli réclament le payement des frais de motivation par les parents d’élèves, alors que le gouvernement avait déjà adopté la mesure de la suppression de ces frais dans tous les établissements scolaires publics.

Didier Budimbu a rappelé que la prise en charge des enseignants par les parents est déjà révolue en République Démocratique du Congo et appartient au passé.

Le vice-ministre de l’EPST a, dans la foulé, précisé que les frais scolaires sont admissibles au niveau secondaire et ne doivent cependant pas dépasser 20 dollars américains.

"Mais au niveau primaire, il n’y a rien à payer", a martelé d'un ton sévère le vice ministre de l'Enseignement Primaire Secondaire et Technique. 

Didier Budimbu a invité les enseignants de l’Institut Bobokoli à reprendre les cours le plus tôt possible et "promet des sanctions aux récalcitrants", tout en annonçant la poursuite de ses visites d'inspection pour garantir le respect des mesures du gouvernement en ce qui concerne la gratuité de l’Enseignement primaire décrétée par le chef de l'État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Jephté Kitsita