Politique

RDC: Les 64 hauts magistrats nouvellement nommés ont prêté serment ce mardi

 

Les 64 hauts magistrats nommés par ordonnances présidentielles le 17 juillet 2020, à la Cour de cassation, au Conseil d'Etat, à la Haute cour militaire, à la Cour militaire et aux parquets généraux y rattachés ont prêté serment, ce mardi 4 août, devant le président Félix-Antoine Tshisekedi.

Il s'agit, à titre indicatif, du premier président de la Cour de cassation David-christophe Mukendi Musanga et des présidents du Conseil d'Etat Odio Nonde Marthe et Ndomba Kabeya Elie Léon.

RDC: le 1er president de la Cour de cassation promet le retour à l’ordre, à la discipline et aux fondamentaux au sein de la magistrature 

Les 64 hauts magistrats nouvellement nommés par ordonnances présidentielles ont prêté serment ce mardi 4 août 2020 devant le président Félix-Antoine Tshisekedi.

 Au cours d'une interview accordée à la presse, tard dans la soirée après cette cérémonie, le premier président de la Cour de cassation David-christophe Mukendi a promis de travailler dans le sens de permettre aux magistrats de revenir aux fondamentaux,principalement à la discipline et au respect de la hiérarchie.

RDC-Cour de cassation: Les juges Noël Kilomba et Jean Ubulu n'ont pas prêté  serment

Nommés par ordonnances présidentielles le 17 juillet dernier aux  postes de présidents à la Cour de cassation, les juges Noël Kilomba Ngonzimala et Jean Ubulu Pungu n'ont pas prêté serment ce mardi 4 août 2020 devant le président Félix-Antoine Tshisekedi.

Ceci au motif qu'ils ont introduit un recours au Conseil superieur de la magistrature (CSM) demandant de rester à la Cour constitutionnelle où ils exercent comme juges.

Basile Olongo : "Si on veut organiser les bonnes élections en RDC c'est en 2030, et Félix Tshisekedi restera en fonction jusqu'à l'installation du nouveau président élu"

Dans une interview accordée à 7SUR7.CD ce mardi 4 août 2020, l'ancien vice-ministre de l'Intérieur Basile Olongo a émis des doutes sur l'organisation des élections en 2023 en République Démocratique du Congo.

Le président du Parti Congolais Socio-démocratique, (PCSD) estime qu'il faut d'abord vider les arriérés électoraux et trouver des solutions à certains préalables.

Bukavu : Début de la marche du FCC pour soutenir les institutions du pays

 

La manifestation initiée par le Front Commun pour le Congo (FCC) en province du Sud-Kivu ce mardi 04 août 2020 a commencé à Bukavu.

Des milliers de cadres et militants sont dans la rue avec les insignes et drapeaux des partis membres du Front Commun pour le Congo, cher au président honoraire Joseph Kabila Kabange. Les manifestants sont encadrés par les éléments de la police.

Selon les cadres du FCC au Sud-Kivu, cette mobilisation vise à soutenir les institutions de la République Démocratique du Congo et la coalition au pouvoir.

Muanda Nsemi : "Que le président Tshisekedi sache qu'il est mon neveu, je le soutiens"

Le leader du mouvement politico-religieux Bundu Dia Mayala (BDM), Ne Muanda Nsemi, a déclaré lundi 3 août 2020 après avoir regagné son domicile, qu'il soutient le chef de l'État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

À en croire l'ancien député national, entre un neveu et ami, le choix à faire est très simple. Muanda Nsemi appelle, cependant, le président de la République à le soutenir aussi.

RDC - Lutte contre les violences basées sur le genre : Le numéro vert 122 remis en service 

Le numéro vert 122 consacré aux appels des femmes et filles victimes des violences basées sur le genre en République Démocratique du Congo a été remis en service ce lundi 3 août 2020. C'est la ministre du genre, Béatrice Lomeya, qui a procédé à son lancement, au cours d'une cérémonie organisée à Pullman hôtel de Kinshasa. 

Baisse du taux de change à Kinshasa : "C'est du banditisme économique de premier plan", (analyste Al Kitenge) 

L'analyste économique Al Kitenge a, dans une interview accordée à 7SUR7.CD et Actu30.cd ce lundi 3 août 2020, qualifié de "banditisme économique" la baisse du taux de change qui s'observe dans la ville de Kinshasa depuis le week-end dernier. 

Selon lui, il s'agit là de la deuxième vague des spéculations après la flambée du taux de change due à la dépréciation du franc congolais, observée dans le pays il y'a trois semaines.