RDC : N. Mwilanya condamne les attaques "préméditées par un parti au pouvoir" contre des résidences des responsables du FCC

Publié mer 24/06/2020 - 17:07
7sur7

Le coordonnateur national du Front Commun pour le Congo, (FCC) a condamné ce mercredi 24 juin 2020, lors d'un échange avec la presse, les attaques ciblées contre des résidences des "hauts responsables" de cette plateforme de gouvernement dont l'autorité morale est l'ancien président Joseph Kabila.

À en croire Néhémie Mwilanya, le mouvement de protestation observé depuis un certain temps à Kinshasa, commence à agacer, inquiéter et même à choquer de "bonnes consciences".

"Je voudrais condamner et dénoncer de la manière la plus ferme et énergique, tous les actes prémédités de vandalisme, des violences physiques, de destruction méchante dont les hauts responsables du FCC, des chefs de regroupements et partis politiques font l'objet depuis hier à leurs domiciles ou différentes résidences jusque ce matin", a déploré le coordonnateur national du FCC.

Dans la foulée, Néhémie Mwilanya précise que ces actes ont été annoncés, ce qui confirme selon lui, le caractère de la préméditation.

"Ces actes ont été annoncés pourtant et c'est le caractère de la préméditation, par une formation politique qui est au pouvoir, qui a menacé de faire et qui réellement est passée aux actes ce matin. Les responsables ne sont donc pas à chercher", a-t-il renchéri.

Néhémie Mwilanya fustige en outre le fait que que ces actes touchent l'institution parlement depuis quelques jours, "une institution qui a été empêchée de siéger".

"Et maintenant, ces actes d'empêchement deviennent récurrents de la part de la même formation politique faisant usage de ses militants bien conditionnés et qui évidemment empêchent les députés et sénateurs de faire leur travail pour lequel ils ont été élus par le peuple souverain au premier degré ou au second degré", a conclu Néhémie Mwilanya. 

Pour rappel, la résidence d'Aubin Minaku a été attaquée mardi dernier par un groupe de motocyclistes communément appelés "wewas", qui protestaient contre les 3 propositions de loi sur la réforme de la justice, dont il est un des initiateurs.

Ce mercredi, la résidence de Jean-Marie Kassamba, responsable d'une télévision proche du FCC, a été également attaquée. La même chose pour un hôtel de l'ancien gouverneur de Kinshasa André Kimbuta situé aux alentours du Palais du peuple.

Jephté Kitsita