RDC - Réforme électorale : L'AETA lance l'atelier sur le recensement de la population pour un fichier électoral fiable en 2023

Publié mer 08/07/2020 - 14:28
7sur7

Pendant que plusieurs Organisations de la société civile parlent de la réforme de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) sur le plan administratif, l'ong Agir pour les Elections Transparentes et Apaisées (AETA),  place le curseur sur la problématique du recensement de la population.

C'est dans ce cadre qu'elle a lancé, ce mercredi 8 juillet 2020, un atelier de deux jours sur la problématique du recensement de la population dans la perspective de l'organisation de prochaines élections en RDC.

Pour Gérard Bisambu, secrétaire général de l'AETA, cet atelier a pour objectif global de contribuer aux réflexions nationales sur la possibilité de doter le pays d'un fichier électoral quasi permanent, fiable et fondé sur les données du recensement général de la population.

Il indique que cet atelier vise  spécifiquement à adopter une approche statistique plus efficace et plus efficiente et à élaborer un cahier des charges citoyen pour le recensement général de la population congolaise en vue d'un fichier électoral permanent, fiable et crédible lors des élections de 2023.

Jérôme Bonso, secrétaire permanent de l'AETA, affirme que le recensement est de grande importance non seulement pour le processus électoral, mais aussi pour la planification du développement du pays de manière générale.

Pour résoudre le problème des moyens, du temps et du coût dudit recensement, J. Bonso préconise ce qu'il a appelé le Recensement Administratif de la Population Techniquement Amélioré (RAPTA).

Comme institution technique constituée d'experts électoraux, l'AETA préfère un débat national de fond sur les réformes électorales importantes à mener aux manifestations de rue sur la désignation des animateurs de la CENI qui, du reste, est une exigeance légale.

Il convient de rappeler que plusieurs organisations politiques et celles de la société civile seront dans les rues à partir de ce jeudi 9 juillet pour exiger la réforme de la CENI et son audit comme préalables à la désignation de ses animateurs. 

C'est depuis 1984 que la RDC n'a pas connu de  recensement de la   population. Ceci, malgré les élections qu'elle a organisé en 2006, 2011 et 2018.

Selon plusieurs experts, notamment de l’UNFPA, il faut au minimum 300 millions USD pour financer un recensement administratif de la population.

Orly-Darel Ngiambukulu