RDC-Élections de 2023 : L'AETA appelle à prioriser la constitution d'un fichier électoral fiable et crédible

Publié ven 10/07/2020 - 08:51
7SUR7.CD

Lancé le mercredi 7 juillet dernier, l'atelier de la plateforme Agir pour les Élections Transparentes  et Apaisées (AETA) s'est clôturé le jeudi 09 juillet 2020. 

Cet atelier a porté sur la problématique de  recensement général de  la population dans la perspective des élections de 2023 en RDC.

Les participants ont, au terme des travaux, plaidé pour la priorisation de la constitution d'un fichier électoral fiable et crédible devant servir de support à l'organisation effective des élections locales, municipales, urbaines, législatives nationales et provinciales, sénatoriales et présidentielle à l'échéance 2023.

Ils affirment que le recensement général de la population est aussi important dans la mesure où il va permettre à la RDC de se doter d'un registre national d'État civil prenant en compte les congolais de la diaspora.

Les 5 recommandations formulées à l'issue de cet atelier, lues par le secrétaire général de l'AETA Gérard Bisambu sont les suivantes :

7

1. Développer un plaidoyer social concerté entre les organisations de la société civile à l'intention des décideurs ;

2. La convocation d'une table ronde des parties prenantes consacrées à l'élaboration d'une feuille de route consensuelle pour revenir à la normalité électorale grâce au fichier basé sur le régistre de l'État civil ;

3. La constitution d'une task-force de réflexion et de plaidoyer en rapport avec toutes les thématiques abordées par cet atelier national ;

4. La priorisation de la constitution d'un fichier électoral fiable et crédible;

5. Et la nécessité de répondre aux exigences de la loi organique relative à la désignation des animateurs de la
CENI ayant compétences légales de porter efficacement l'agenda des différentes réformes à mener.

Il convient de rappeler que c'est depuis 1984 que la RDC n'a pas connu de recensement de la   population, malgré les élections qu'elle a connues en 2006, 2011 et 2018.

Selon plusieurs experts, notamment ceux  de l’UNFPA, il faut au minimum de 300 millions USD pour financer un recensement administratif de la population en RDC.

Orly-Darel Ngiambukulu