Équateur : Avec le Dr. Muyembe à la tête de la riposte « la RDC est pleinement capable de stopper Ebola », (Communauté internationale) 

Publié mar 15/09/2020 - 17:51
Photo droits tiers

La République Démocratique « est pleinement capable de stopper Ebola ».

C'est ce qu'ont affirmé ce mardi 15 septembre 2020 les chefs de mission des États-Unis, du Canada et du Royaume Uni dans une déclaration signée conjointement avec le professeur Jean-Jacques Muyembe, coordonnateur de la riposte contre l'épidémie d'Ebola à l'Équateur.

« Nous avons observé les 
efforts de l'équipe de la riposte contre Ebola ainsi que d’autres enjeux dans le domaine de la santé dans la région. La progression de l’épidémie en Équateur a révélé que, grâce aux efforts quotidiens des héros congolais, la RDC est pleinement capable de stopper Ebola, comme elle l'a fait lors des précédentes épidémies, à la fois en Équateur et dans l'est du pays », ont-ils écrit. 

Et de renchérir : « Avec le professeur Muyembe à la tête de la riposte et le soutien des partenaires internationaux, nous sommes convaincus que la RDC ne mettra pas seulement fin à cette épidémie, mais en sortira mieux préparée et plus résiliente ».

Ils soutiennent cependant que « les efforts de la riposte en cours consistent à mettre en place des infrastructures qui seront utiles pour relever les défis sanitaires futurs ».

D'après ces partenaires internationaux, « Il existe des raisons de craindre que l'épidémie en Équateur puisse se propager davantage » vu que « les principaux défis sur le terrain sont dus à l’inaccessibilité géographique de nombreuses zones de la région. Les longues distances rendent la communication et le transport extrêmement ardus. Les équipes d'experts ont du mal à partager des informations en temps réel ; les intervenants sanitaires sont limités dans leurs 
mouvements ».

Toutefois, Ils espèrent que « Ces problèmes peuvent être surmontés » grâce à leurs efforts.

Ils ont par ailleurs saluer « l'engagement du gouvernement à mettre fin à l’Ebola business ainsi qu’à éviter l'utilisation abusive des fonds publics, par exemple en veillant à ce que seuls ceux qui travaillent activement à la riposte soient compensés financièrement ».

Et de conclure : « Nous avons atteint un tournant dans l'histoire de ce terrible virus. Aujourd'hui, personne n'a besoin de mourir d'Ebola. Les vaccins empêchent les gens de contracter le virus et des traitements efficaces guérissent ceux qui sont infectés. C'est une remarquable avancée pour les Congolais et leurs partenaires internationaux. C’est un témoignage de la capacité de la RDC à relever les défis les plus complexes quand elle met ses citoyens au premier plan. Nous avons réussi ceci en travaillant ensemble et nous continuerons de travailler main dans la main pour mettre fin à cette épidémie et sauver des vies ».

Il sied de rappeler que Nicolas Simard, ambassadeur du Canada, Emily Maltman, ambassadeur du Royaume-Uni et le diplomate Mike Hammer des Etats-Unis et le professeur Jean-Jacques Muyembe ont séjourné à l'Équateur du 09 au 15 septembre pour y évaluer la riposte contre l'épidémie d'Ebola qui a resurgi dans cette partie du pays depuis le 1er juin 2020.

César Augustin Mokano Zawa