Meurtre de L'ambassadeur Italien : La Présidence promet de faire régulièrement le point sur l'évolution de l'enquête ouverte sous l'initiative de Tshisekedi

Photo droits tiers

Le Présidence de la République démocratique du Congo annonce qu'une enquête est déjà en cours afin d'élucider les circonstances, les responsabilités et d'entreprendre des actions répressives au sujet de l'assassinat de l'ambassadeur Italien Luca Attanasio.

C'est ce qu'indique la presse présidentielle à l'issue de la réunion du comité de crise tenue le lundi 22 février 2021 sous la présidence du chef de l'État Félix Tshisekedi, à la Cité de l'Union Africaine à Kinshasa. 

D'après la même source, la Présidence de la République promet de faire régulièrement le point sur l'évolution de l'enquête qui vient à peine de commencer sous l'initiative du président Tshisekedi. 

Selon la note adressée au vice-premier ministre en charge de l'Intérieur, Sécurité et Affaires Coutumières, le gouverneur de la province du Sud-Kivu retrace les faits ayant conduit à cet assassinat. 

L'Ambassadeur Italien est arrivé à Goma le 19 février à 10h30, à bord du jet de la MONUSCO immatriculé 5Y/SIM. À 9h27 du Lundi 22 février, un convoi de deux véhicules du Programme Alimentaire Mondial "PAM" est parti de Goma pour la commune de Kiwanja, en territoire de Rutshuru. À son bord, outre le garde du corps de l'ambassadeur et les chauffeurs, il y avait l'ambassadeur d'Italie en RDC et les agents du PAM.

À 10h15, ce convoi est tombé dans une embuscade à plus où moins 15 km de Goma et 3 km avant la commune Rurale de Kibumba, plus précisément à Kanyamahoro sur la RN2 en Territoire de Nyiragongo.

Les assaillants au nombre de 6 et munis de 5 armes de type AK47 ainsi que d'une machette, ont procédé par des tirs de sommation avant d'obliger les occupants des véhicules à descendre et à les suivre dans le fin fond du Parc et ce, après avoir abattu l'un des chauffeurs afin de créer la panique. 

Alertés, les Ecogardes et les FARDC présents dans les environs se sont mis aux trousses de l'ennemi. À 500 m, les ravisseurs ont tiré à bout portant sur le garde du corps décédé sur place et sur l'ambassadeur, le blessant à l'abdomen. Ce dernier a succombé à ses blessures, une heure plus tard, à l'hôpital de la MONUSCO de Goma .

Pour rappel, le président Italien Sergio Mattarella a condamné ce meurtre en parlant d'une attaque lâche. Son homologue Congolais Félix Tshisekedi a décidé d'envoyer son émissaire ce mardi à Rome en Italie pour transmettre sa lettre au président du conseil Italien.

Jephté Kitsita