Tanganyika : Les victimes de la démolition de Kahinda sollicitent l'implication du président Tshisekedi pour leur indemnisation

Photo 7SUR7.CD

Près de 10 mois après la démolition de leurs maisons,  les habitants de la cité de Kahinda, en ville de Kalemie province du Tanganyika, réclament toujours réparation. Ils disent vivre dans des conditions déplorables.

C'est leur porte-parole qui l'a déclaré à 7SUR7.CD le mardi 2021, dans un entretien.

Jacques Kichasa appelle le chef de l'État, Félix Tshisekedi à s'impliquer personnellement pour l'indamnisation de ladite population victime.

Il dit avoir saisi les autorités compétentes au niveau provincial quant à ce, mais la situation est restée inchangée.

"Il est à demontrer qu'au niveau du gouvernement provincial il n'y a pas la volonté d'assister les gens, surtout dans leur droit. Les gens qui ont leurs titres, leurs droits légaux peuvent être sabotés jusqu'à ce niveau ? Au jour d'aujourd'hui, aucune maisons n'a été payée. Cela nous a poussé à entamer la voie de la justice. On a déposé une plainte à la cour de la cessation (...) on a été auditionné. Mais il n'y a aucune suite", lâche Jacques Kichasa, porte-parole des habitants de la cité précitée.

Et d'ajouter : "Beaucoup n'ont jamais eu d'abri depuis que leurs maisons ont été démolies. Nous sommes allés voir le ministre provincial des infrastructures, qui n'a jamais donné une issue favorable. Nous voulons que le président se saisisse du dossier pour pousser chacun à ce qui le concerne de travailler afin que la population de Kahinda soit rétablie dans ses droits".

L'année dernière, le ministre provincial des infrastructures, Fidèle Kitenge Chamugaya avait ordonné la démolition de plusieurs maisons situées  dans la cité de Kahinda, dans le cadre de l'exécution du plan directeur initié par le gouvernement provincial. Un plan mis en place pour résoudre les problèmes urbanistiques, avait avancé le même gouvernement.

De son côté, l'Assemblée provinciale avait bien avant, formulé une série de récommandations adressées au gouvernement provincial, entre autres l'identification et l'indemnisation des habitants de ladite cité, avant de procéder à la démolition.

Marcelo Mfumu