Port en eaux profondes de Banana : Les clauses qui étaient en défaveur de la RDC ont été révisées (Félix Tshisekedi)

Photo droits tiers

Dans sa communication lors de la 11ème réunion du conseil des ministres tenue le vendredi 9 juillet 2021, le président Tshisekedi s'est aussi exprimé sur la renégociation de certaines dispositions du contrat entre le Gouvernement 
de la République et la société DP World pour la construction du port en eaux profondes de Banana. 

Ainsi, Félix Tshisekedi a annoncé au Conseil que les clauses qui étaient en défaveur de la République Démocratique du Congo ont été révisées conformément à ses attentes. 

"Dans les prochains jours, elles vont être traduites dans l’Avenant qui sera signé entre les deux parties pour que les travaux de construction de ce port stratégique et vital pour le pays démarrent au plus vite", a indiqué le chef chef l'État.

Pour ce faire, le président Tshisekedi a décidé de mettre en place des outils nécessaires à la parfaite mise en œuvre de ce projet stratégique. 

C'est dans cette optique qu'un nouveau Comité de suivi comprendra les délégués de la Présidence, du Gouvernement et des experts en la matière. 

Pour rappel, le président Tshisekedi et le directeur régional pour l’Afrique de l’opérateur portuaire émirati DP World, ont eu une séance d’échanges, le 5 mai dernier, qui avait porté sur le réajustement de la convention relative à la construction du port en eaux profonde de Banana. 

L’accord initial du projet du port en eaux profondes de Banana, dans le Kongo Central, remonte à 2018, lorsque le contrat a été signé entre DP World et l’ancien chef d’Etat congolais, Joseph Kabila. 

La version révisée de la convention initiale (qui a expiré le 23 mars 2020) reconsidère les intérêts de chaque partie au contrat et permet de rééquilibrer leurs avantages respectifs. 

Signalons par ailleurs que le futur port autonome de Banana, dont la concession avait été confiée au groupe émirati DP World pour 30 années d’exploitation, devrait nécessiter un investissement estimé à 1 milliard $. Le groupe émirati s’était fixé 2 ans pour réaliser les travaux et livrer l’ouvrage.

Jephté Kitsita