RDC : "L'engagement ferme du gouvernement de financer le recensement de la population permettra d'obtenir des données fiables pour la planification du développement", (Christian Mwando)

Photo droits tiers

Le ministre d’Etat en charge du Plan, Christian Mwando Nsimba Kabulo, a, à l’occasion de la journée mondiale de la Population célébrée ce 11 juillet 2021, indiqué que depuis 2 décennies, la RDC fait face aux vulnérabilités et défis majeurs en matière de population.

D'après le ministre du Plan, il s'agit de : 

- La forte fécondité au niveau national avec un taux moyen de 6,2 enfants par femme, classant ainsi la RDC parmi les 5 pays au monde à forte croissance démographique ;

- La précocité de cette fécondité au niveau des adolescents avec un taux de 109 pour 1000, due en partie aux mariages d'enfants et à l'accès limité aux informations et aux services de santé sexuelle et reproductive de qualité ;

- Une mortalité maternelle toujours très élevée ;

- La prédominance des violences sexuelles et basée sur le genre avec environ 64% des femmes ayant subi au moins une fois des violences de la part d'un partenaire intime ou non intime. Cette situation s’est encore aggravée pendant cette période de COVID-19 ;

- L’absence de données fiables pour la planification du développement dont le dernier Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) remonte à 1984. Ce qui rend encore difficile l’amélioration des connaissances sur le profil socio-démographique du pays. 

À en croire Christian Mwando, la République démocratique du Congo a connu une baisse sensible de sa croissance économique et une détérioration profonde de ses équilibres macroéconomiques durant l’année 2020 et reste à ce jour dans une situation précaire. 

"Cette situation de vulnérabilité couplée à une démographie galopante n’a pas été contrebalancée par une croissance économique inclusive, créatrice d’emploi et de revenu. Il est donc urgent de changer la donne et d’agir", a indiqué le ministre du Plan.

Selon Christian Mwando, c’est dans ce cadre que le président de la République, Félix Tshisekedi, fixe l’objectif global de réduction de la pauvreté de masse que vit la population congolaise. 

"Dans le but de matérialiser cette vision, d’amortir le choc et de préparer avec sérénité la reprise, puis la relance de l’économie nationale, le Gouvernement de la république a pris des mesures d’ajustement et a défini dans son Programme d’Actions les modalités de mise en œuvre des politiques publiques en faveur de la population", a-t-il renchéri. 

Dans la foulée, le ministre d’Etat en charge du Plan dit saisir cette occasion pour sensibiliser la communauté nationale et internationale en rappelant l’engagement du président de la République et du Gouvernement de la République notamment sur la mise en œuvre du programme d'enseignement primaire gratuit qui s'aligne sur la feuille de route de l'Union Africaine relative à la réalisation du dividende démographique dont la RDC est signataire.

En ce qui concerne la lutte contre la pauvreté et la faim, avec un rythme de croissance annuel moyen de la population de 3,3 %, le ministre du Plan affirme que les efforts du gouvernement pour lutter efficacement contre la pauvreté et éradiquer la faim à l’horizon 2030 peuvent être hypothéqués. 

A cet effet, dit-il, le gouvernement de la République s’est engagé à mettre en œuvre le programme présidentiel de lutte contre la faim et la réduction de la pauvreté.

"La poursuite des réformes pour la capture de dividende démographique, notamment la promotion des investissements en faveurs de la planification familiale s’avère une priorité pour le Gouvernement", a déclaré Christian Mwando.

Pour le ministre du Plan, l'engagement "ferme" du gouvernement de la République Démocratique du Congo de financer la réalisation du deuxième Recensement Général de la Population et de l'Habitat permettra au pays d'obtenir des données fiables pour la planification du développement et l’amélioration des connaissances sur les caractéristiques sociodémographiques et économiques en vue de promouvoir une prospérité partagée. 

"Cette Journée Mondiale de la Population est aussi l’occasion pour nous d’exprimer à tous les partenaires Techniques et Financiers et plus particulièrement au Fonds des Nations Unies pour la Population, sa gratitude pour l’appui constant dans la prise en compte des besoins des femmes et des jeunes", a fait savoir Christian Mwando. 

Pour atteindre les Objectifs de Développement Durable à l’Horizon 2030, le ministre du Plan estime qu'il est indispensable de renforcer l'engagement collectif pour la protection et le respect des droits pour tous, conformément à la législation du pays et réaliser ensemble le Programme d’Action de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement.  

Pour rappel, le thème retenu cette année est : « Les droits et les choix sont la réponse : En cas d’augmentation ou de diminution des naissances en ce moment de la pandémie de la COVID-19, influencer sur les taux de fécondité ne peut se faire qu’en accordant la priorité à la santé et aux droits en matière de reproduction pour tous ». 

Jephté Kitsita